Par Avion: Mélissa Laveaux

A fashionably flat-bellied Parisan woman might scoff at the charms of curvy Candian singer/songwriter Mélissa Laveaux. Born in Montréal, and employed by the Candian government in Ottowa by day, Mélissa just completed a week of shows with her Paris-based record label, No Limit (home of Gonzales, of Jamie Lidell & Feist fame ; Nicolas Repac, Mamani Keita). Now preparing her debut album, Mélissa is already being courted to collaborate with some eye-brow raising heavies of the Paris music scene.

Une parisienne chique au ventre plat pourrait se moquer des rondeurs charmantes de la chanteuse/parolière canadienne, Mélissa Laveaux. Née à Montréal et employée par le gouvernement canadien à Ottowa le jour, Mélissa vient de complèter une semaine de concerts avec son label parisien, No Limit (la maison de disque de Gonzales, collaborateur de Jamie Lidell & Feist ; Nicolas Repac, Mamani Keita). En préparation de son premier album, des acteurs les plus recherchés de la scène musicale française lui fait déjà la cour.

Unable to check out her shows at Alimentation Genérale and Jokko earlier in the week, I had to settle for her concert at a lively tapas bar in Montreuil. With Rob, her pecussionist at her side, Mélissa sang folksy acoustic tunes in English, French & Creole that inspired a few of the bar regulars to dance a bit too enthusiastically. Even after singing a cover of « Needle in the Hay » of an Elliott Smith tune, Mélissa chided them with a feistiness uncommon around these parts just to make sure the meaning of the suicidal song didn’t get lost in translation. The guys seemed to take it in stride, and responded even more flirtatiously in a way French men do when challenged.

N’éyant pas pu assister à ses concerts précedents à l’Alimentation Générale et Jokko en début de la semaine,Mel Laveaux Poster j’ai du me contenter de son concert dans un bar de tapas conviviale à Montreuil. Accompagnée par Rob, son percussionniste, Mélissa a chanté des chansons folk acoustiques en anglais, français et créole ce qui ont inspiré certains des habitués à danser avec un peu trop d’enthousiasme. Même après une reprise de « Needle in the Hay » d’Elliott Smith, Mélissa les a grondé avec une fougue peu commune par ici pour assurer que le thème suicidaire des paroles ne leur aient pas dépassé. Les mecs ne se sont pas laissés troubler par cela et ont même répondu avec un peu plus de charme typique d’un français mis en défit.

As one of the few to laugh at her jokes in English, after the show, Mélissa also recognized me from our brief exchanges online. She later mentioned her satisfaction in working with a label that wasn’t going to force her to radically change her image to suit sometimes fickle commercial ideals. Always a good thing for folks who are genuinely talented, in my book. Mélissa went on to say she’ll be collaborating with a producer of Camille’s hit album and plans to return to Paris in January for a few months to promote her record. Hipster Folk/hip-hopper, Spleen came up to congratuate her on a good show and made the astute comparision that she sounded like Macy Gray and Princesse Erika from her « Trop de Blah Blah » days. He also hinted at an interest in a collaborating by casually mentioning his partners in crime Hindi Zahra, Hugh Coltman, and the Black & White skins. Mélissa gracefully accepted the compliment and a date before her return to Canada later that week. More to come…

Ayant été la seule à rigoler à ses blagues en anglais, après le concert Mélissa m’a aussi reconnue par nos échanges par internet. Elle m’a dit qu’elle était plutôt contente de ne pas être forcée par son label à changer radicalement son image pour des valeurs commerciales parfois éphémères. Ce qui est toujours une bonne chose pour ceux qui ont du vrai talent, à mon avis. Mélissa disait aussi qu’elle allait collaborer avec le producteur de l’album succès de Camille. Elle sera de retour à Paris en janvier pour la promotion de l’album. Spleen, chanteur de folk/hip-hop branché, l’a aussi salué après le concert et a constaté une juste comparaison avec sa voix et celle de Macy Gray et Princesse Erika de l’époque de “Trop de Blah Blah”. Il a aussi évoqué la possibilité d’une collaboration en lui glissant les noms de ses compagnons de route : Hindi Zahra, Hugh Coltman et the Black & White Skins. Mélissa a gracieusement accepté le compliment et un rendez-vous au café avant son départ pour le Canada dans la semaine. A suivre…

Leave a comment

Filed under Current Event / Actualité, Folk-Acoustic / Folk-Acoustique, Free Entry / Entrée Libre, Mélissa Laveaux, Music / Musique, sexy French music

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s