Category Archives: 10 euros

Biùtiful Cauntri en salles/ now in theaters in/à Paris

Biutiful Cauntri, set to open in select French theaters on July 16 is the ironically titled film of the egregious inertia between Neopolitan local government and its non-conformity to basic environmental protection laws. In a riveting documentary film, the story unfolds as an environmental educator travels around the region trying to rally people to his cause despite the doom that awaits them all as toxic wastes lay alongside grazing pastures and agricultural grounds.

Biutiful Cauntri en salles en France mi- juillet est un documentaire dont le titre ironise l’inertie scandaleuse du gouvernement néopolitan et de son non-respect des normes de bases de l’environnement et de ses lois. Dans ce documentaire fascinant, un écologiste se déplace dans la région en essayant d’avertir les habitants des dangers causes par la mauvaise gestion des déchets mis a coté des pâturages et des terrains arables.

The film alternates between te environmentalist’s explanations and those of others who dare speak out. While no one in the film blatantly names the Mafia’s implication in the illeagal dumping, the filmmakers let you know from the beginning that the region is well –rehearsed in Mafia play. in the politics behind the toxic wastes left behind large factories that emit everything form dioxin, asbestos, methanol to name a few. During two sequences of the film we are privileged listeners to phone conversations between those allegedly responsible for dumping illeagally and those meant to cover it up. Their chilling non chalance is disturbing since the film makes it clear they too are victims of the toxic dumping done discretely and possibly in complicity with th powers that be as the film suggests.

Le film met en alternance les explications de l’écologiste et celles de ceux qui osent en dire plus sur le sujet. Bien que personne dans le film ne dénonce directement l’implication de la Mafia dans ces décharges illégales, les réalisateurs nous révèlent depuis le début que la région est habituée aux jeux entre la Mafia et les politiciens, en ce qui concerne les déchets laisses à moisir derrière les grandes usines qui émettent des toxines, comme le dioxine, l’amiante, et le méthanol, pour en citer quelques-unes. Deux séquences du film nous donnent le privilège d’écouter deux communications téléphonique entre les responsables présumés pour la déchettrie illégales et ceux qui essayent de le la couvrir. Leur nonchalance est effrayante parce que le film nous montre bien qu’ils sont eux aussi victimes de cette déchetterie toxique sur laquelle ils ferment les yeux, grâce a la complicité des autorités.

Scenes of lamb carcasses and uncertainty about the consumption of strawberries growing alongside much needed farmlands show the farmers and shepherds helpless as the government does little to help. One of the most disturbing images ins that of children playing in the landfill burning tires, who say they were paid money to burn tires and bring trash to an illeagal landfill. The children continue playing there and of course naively unaware of the health hazards to which they have made themselves prone.

Des scènes des cadavres d’agneaux et de l’incertitude de la consommation des fraises à cote du pâturage illustrent comment les agriculteurs et les éleveurs sont impuissants et ignorés du gouvernement. Les images les plus choquantes étaient celles d’enfants jouant dans une décharge publique, avec des pneus enflammés. Les enfants avouent avoir étés payés pour en ramener les déchets. Les enfants continuent à jouer dans la décharge, certes sans se douter des dangers sanitaires auxquels ils sont exposés.

Biutiful Cauntri opens in Paris theaters on July 16th and was directed by Esmeralda Calabria, Peppe Ruggero, and Andrea d’Ambrosio.
Biutiful Cauntri sort en salles à Paris le 16 Juillet et a été réalisé par Esmeralda Calabria, Peppe Ruggero,et Andrea d’Ambrosio

Advertisements

1 Comment

Filed under 10 euros, Biùtiful Cauntri, Current Event / Actualité, Documentary / Documentaire, Film / Cinéma, Politics / La Politique

Ji Mob & ses invités/Ji Mob & guests @ New Morning

At first glance, a flutist leading a band seemed unimaginable to me in my myopic view of popular music. Seeing Ji-Mob (aka Jérome Drû)Tuesday changed this misconception by his changing genres effortlessly keeping a full audience at New Morning on its feet to keep up with the full-force sound of rock, jazz, funk, and experimental orchestrations.

A premiere vue, un flutiste en tant que chef d’orchestre me paraît inconcevable par ma myopie sur la musique populaire. Apres avoir entendu Ji-Mob (alias Jérome Drû)mardi soir j’ai change d’avis sur cette possibilité alors que son aisance à jouer plusiers genres a été ovationée par le public , grace à ses compositions à la fois rock, jazz et experimental.

Frankly the orchestrations that took about a minute to find its place. Starting off with compositions that were more jazz/ funk oriented.
However, with the dynamisme of invited guests Sandra Nkake, Karl the Voice and Allonymous on vocals those compositions were pretty straightforward. However when invited guest Stephane Belmondo a trumpet player who also delivers playing conch shells, you knew the show might head into uncharted territory. During the transitional movement that leaned on the more instrumental side, even Ji-mob would tear apart his flute and play withboth parts detached. He joined the scat dance by also adding vocals to the uncategorizable music bolstered by his team of vocalists.

A vrai dire, les orchestrations ont prit un moment pour trouver leur niche. Cependant avec la vitalité des chanteurs invités Sandra Nkake
, Karl the Voice et Allonymous , les premieres œuvres étaient des compositions de jazz/funk dont le rythme on connais tous. Pourtant lorsque l’invité le bugliste Stephane Belmondo est entré sur scène et a joué même des molluscs de conque, il devient evident que leur ligne de mire allait vers du terrain inconnu. Pendant ce mouvement transitionel plus instrumental, même Ji Mob a dechiré sa propre flute pour jouer les deux parties détachées. Il a aussi participé à la danse de scat en ajoutant des chœurs à la musique hors-catégorie renforcée par son équipe de choristes.

The show lasted almost 3 hours at the end of which the audience was on its feet as they witnessed the mantra finale of « Power to the People » that seemed so dynamic the show could’ve continued into the wee hours. All in all, I have new respect for the RUN DMC t-shirted Ji-mob and the impressive power he weilds with a possibly underrated instrument in pop music.

Le concert a duré presque 3 heures où à la fin le public etait debout en assisstant au mantra de la finale « Power to the People » dont les musiciens sembleaient prêt à continuer encore jusq’a l’aube avec leur peche sur scène. En somme, je garde un nouveau respect pour Ji Mob sappé en t-shirt de Run DMC et son pouvoir excercé par un instrument sous-estimé dans la musique populaire.

Ji-mob will be touring around Europe in support of his new album Power To The People, out on Comet Records.
Ji-Mob sera en tournée en Europe pour soutenir la vente de son nouvel album, Power To The Peopl, disponible sur Comet Records.

2 Comments

Filed under 10 euros, Allonymous, Current Event / Actualité, Electro-Soul, Experimental, French Song / Variété Française, Funk, Jazz, Ji Mob, Karl the Voice, New Morning, Sandra Nkake, sexy French music

Rony @ L’Opus Café

With a mop of kinky curly hair, soul funk singer, Rony would be better compared to a fun-loving Jamiroquai than a slick and smooth Keith Sweat or R. Kelly ; At his Satruday night show, he and his band the 7 Sonics together for their second Soulissme branded soirée could have easily been mistaken for skateboarders or urban surfers with their down to earth style perfect for cooling down after a hot summer’s day. Singing mostly in French Rony, is one of the few on the Soul/ funk circuit to insist French can be just as soulful as English when performing.

Avec sa tignasse crépue kinky, le chanteur de néo soul/funk, Rony, ressemblerait d’avantage à un Jamiroquai bien animé qu’au hyper soigné Keith Sweat ou à R. Kelly. À son concert samedi soir, Rony et son groupe le 7 Sonics, rassemblés pour leur 2e soirée marquée Soulissime, auraient pu passé pour une équipe de skateboardeurs ou de surfeurs urbains avec leur style décontracté, tout juste ce qui nous faillait pour nous rafraîchir par une belle une soirée estivale.

Slam poet, Saury Saul freestyled lifteing parts of Gil Scot Heron’s “The Revolution Will Not Be Televised” and got the crowd going on themes of the world’s current woes on an upbeat tip. This nicely segued into Rony’s introduction and the band taking their places on stage to formally start the show. With guests like Oncle Ben and Lisa Spada, Rony easily found his groove. Staying true to his principles, English was only sung on cover tunes by the likes of Marvin Gaye and Bill Withers, which did them each justice.

Le poète slam Saury Saul a freestylé en s’inspirant de “The Revolution Will Not Be Televised.” par Gil Scott Heron, en évoquant les malheurs du monde actuel avec une musique chaloupée. Après cette ouverture, nous sommes introduits à Rony et son groupe qui débutent le concert. Avec des invités tels que l’Oncle Ben et Lisa Spada, Rony a facilement trouve son groove. Fidel a ses principes, il ne chantait en anglais que les reprises de Marvin Gaye et de Bill Withers (tout en leur rendant justice).

While this ongoing debate on singing in French and English and still maintaining French Song cred is never-ending, Rony ‘s contribution makes a good case that yes French soul can be just as fun as Jamie Lidell without being smarmy like contemporary top 40 US soul and R& B. His original songs, were upbeat, flavorfull ditties that evoked Paris city-living. Many of the songs appeared on his first album released in 2006. The self-produced opus is one of the rare soul albums released to be self produceced and sung in French. While other French singers of the genre admit to not being able to find their niche singinging in their French mother tongue, Rony seems to do so with ease.

Alors que le débat actuel de la chanson française pose la question de la possibilité de chanter en anglais tout en gardant une crédibilité française, Rony a réussi à prouver qu’il serait capable d’être habile comme James Lidell, sans toutefois être trop sucré comme certaines vedettes de la scène contemporaine de R&B américaine. Ses chansons originales étaient chaloupées de la saveur de la vie parisienne. La plupart de ses chansons avaient déjà paru sur son 1er album en 2006. L’oeuvre auto produite, une des rares de son genre (néo-soul alternatif), se chante en français. Alors que d’autres artistes de la chanson française du même genre avouent n’avoir pas encore trouvé leur niche dans le spectacle en langue française Rony, lui, y demeure très à l’aise.

Rony will be performing once again with his partners in crime, Oncle Ben and Freddy at Cabaret Sauvage on Friday, May 30th. He is working on a second album to be released in 2009.
Rony donnera un concert avec ses complices Oncle Ben et Freddy
au Cabaret Sauvage vendredi le 30 mai.

2 Comments

Filed under 10 euros, Current Event / Actualité, French Song / Variété Française, L'Opus Café, Lisa Spada, Nu-Soul, Oncle Ben, Rony, Saury Saul, sexy French music, Soirée Soulissme

Par Avion: M (Mem Nahadr) @ L’Opus Café

show flyerWhat a pleasure it was to see madness performed so sanely by NYC performance artist M (Mem Nahadr) and her bevy of Paris soulsinging sisters: Sandra Nkaké, Lisa Spada and Rachel Claudio.* Despite the holiday weekend imposed by French labor day (May 1) a very sizable crowd turned out through word of mouth online on a relatively unknown singer in France. In the US, she has a cult following having accompanied Julie Andrews, Liza Minelli and Chaka Kahn to name a few. After this performance Mem is sure not to pass unnoticed in Paris for long.

Quel plaisir de voir la folie interprétée si sainement par une artiste spécialisée dans la performance, M (Mem Nahadr) et une troupe de ses consœurs chanteuses de la soul de Paris: Sandra Nkaké, Lisa Spada et Rachel Claudio.* Malgré le pont imposé par la fête du travail, un public assez nombreux a assisté au concert suite à bouche à l’oreille sur l’internet d’ une chanteuse méconnue en France. Aux États-Unis, elle est très suivie par un public averti à son œuvre ayant déjà accompagné Julie Andrews, Liza Minelli et Chaka Kahn pour en citer quelques uns. Après ce concert, Mem ne risquera plus de passer inaperçue longtemps à Paris.

Sandra MC’d the show which started with improvised scatting supported by a full band. Early on Mem and Sandra’s improvisational skills were in perfect harmony, holding the audience’s attention despite a few sound board glitches. Each singer sang solo on classic soul/jazz tropes of Love and desire with little effort. Mem sang two songs from here Contemporary opera Madwoman putting basic lyrics on acceptance and frustation of lost love, jobs and being in Paris surrounded by a stage full of talent. The two songs were enough to leave the audience hungry for more, but alas it was not to be after a 2.5 hour show.

Sandra a joué le rôle d’animatrice de la soirée où une improvisation de scat nous a été introduite par un groupe de musiciens complet. Dés le début l’harmonie des improvisations entre Mem et Sandra était sans faute qui a du fait oublier le public quelques pépins techniques. Chaque jeune femme a eu l’occasion de chanter en solo sur les thèmes bien familiers de la soul : l’amour et le désir et tout cela sans effort. Mem a interprété deux chansons de son opera contemporain Madwoman ou ses textes relèves des thèmes d’accueil et chagrins d’amour, d’ ennuis au travail et le fait tout simplement d’être à Paris entourée par des artistes talentueux .. Ces deux morceaux ont laissé le public avide d’en entendre plus, mais hélas après 2h 30 de concert, il a du rester sur sa faim jusqu’à la prochaine fois….Mem portrait

Mem has received a spattering of praise from respectable press who have jumped on her bandwagon. Her soul-bearing at six octaves illustrates she could be ready for venues to fully stage her Madwoman opera soon enough. Her avowed insanity was just the opposite, a fully sane moment of communication from the heart and soul of a striking blond dreaded talent ready to go global.

Mem will be performing May 16 in France followed by several show in the Netherlands and the east coast of the United States.

Mem a reçu des accolades de la presse assez respectables qui semblent aussi émue que son public par son talent. Sa voix à six octaves qui touche l’âme illustre qu’il lui faudra bientôt des salles plus grandes pour monter son opéra Madwoman. Malgré son autodéclaration de la folie,’elle nous à présenté tout juste l’inverse : une interprétation raisonnable musicalement pleine de partage entre son cœur et son ame avec une tête de dreadlocks blonds, un talent qui s’apprête de s’envoler à l’internationale.

Mem jouera un concert le 16 mai en France suivi par plusieurs shows aux Pays-Bas et la côte est des États-Unis.

*Gerald Toto, Ji-Mob, and Karl the Voice also briefly participated in the show. Vincent Theard performed throughout the show.

Gerald Toto, Ji-Mob, et Karl the Voice ont aussi brièvement participé au concert. Vincent Theard a aussi joué à ce concert.

4 Comments

Filed under 10 euros, Current Event / Actualité, Experimental, L'Opus Café, Lisa Spada, M (Mem Nahadar), Music / Musique, Music venues / Les salles de concert, Rachel Claudio, Sandra Nkake, sexy French music

Mike Ibrahim @ L’Archipel

After missing a few of his previous shows, I was finally able to catch the tail end of Mike Ibrahim’s performance a few weeks ago at L’Archipel. As a guitarist, and singer/songwriter, Mike is a capable musician who sings soothing French soul acoustic tunes well enough to seduce a stoic audience. With caramel-smooth skin, chiseled good looks and other marketable qualities , Mike and his 3-person band can easily afford to take more chances to rise above the musical fray.

Mike and New York based singer/songwriter, Nojj recently collaborated on a single « Spring Rain », available exclusively on Myspace. Mike is currently unsigned and is working on a debut CD set to hit the streets in September 2007.

L’Archipel is a quaint little concert hall that doubles as an arthouse indie movie theater. An off-the-radar venue in Paris 10è worth checking out for its varied selection of music and film.

mikei.jpgAprès avoir raté ses concerts précedents, j’ai eu enfin l’occasion de voir la fin du concert de Mike Ibrahim il y a quelques semaines à L’Archipel. En tant que guitariste et chanteur/compositeur, Mike est un bon musicien qui interprète de douces chansons acoustiques en français qui pourraient séduire même un public stoique. Avec sa peau veloutée comme du caramel, un beau visage anguleux, et d’autres atouts prêts à être commercialisés, Mike et son trio peuvent déjà commencer à tenter des risques pour être en avance de la melée soul/acoustique.

Mike et Nojj, un chanteur/compositeur basé à NYC ont récemment collaboré sur un morceau « Spring Rain » disponible en exclusivité sur Myspace. Mike est actuellement non-signé, mais travaille sur son premier CD dont sa sortie est prévue pour la rentrée 2007.

L’Archipel est à la fois une petite salle de concert viellotte et une salle de cinéma indé. Un endroit hors piste dans Paris 10è, mais fréquentable pour sa sélection éclectique de la culture parisienne.

Leave a comment

Filed under 10 euros, Cheap drinks/ Cocktails pas chers, Folk-Acoustic / Folk-Acoustique, French Song / Variété Française, L' Archipel, Mike Ibrahim, Music venues / Les salles de concert, Nojj, sexy French music, West Indian/ Antillais

Sandra Nkaké @ New Morning

It’s funny Sandra, a fellow blogger, and I have been playing email tag for a couple of months now. Havinglibe_sandra.jpg seen her numerous guest appearances with Allonymous , and Frank Biyong, I was intrigued enough by her artistry to get to know more about her. Like my own mother, a clean-shaven Sandra chided me on my big hair, when we actually met for the first time at Lisa Spada’s Soulissime concert on June 9th at Canal Opus. What follows is a rhetorical piece that I feel best summarizes my thoughts on Sandra, and what I hope will be her long and fruitful career as an international entertainer.

C’est marrant, cela fait quelques mois que Sandra (aussi une bloggeuse) et moi s’échangeons des emails. Ayant vu ses nombreuses apparitions sur scène avec Allonymous et Frank Biyong, j’étais assez intriguée par son art que je voulais la mieux connaitre. Comme ma mère, Sandra, chauve, m’a grondée pour mes gros cheveux, lorsque nous nous avons pris rendez-vous pour la première fois au concert de Soulissime avec Lisa Spada le 9 juin à Canal Opus. Le texte qui suit est un exercise de style qui résume mes réflexions sur Sandra et ce que j’espère sera une longue carrière pleine de succès en tant que chanteuse/comédienne intérnationale.

Open Letter to Ms. Sandra Nkaké’s future record label
Lettre ouverte à la future maison de disque de Mme.
Sandra Nkaké.

Dear Sir or Madam:
Madame, Monsieur,

I am writing out of concern and respect for the fiercely sophisticated and talented unsigned singer/songwriter/actress, Ms. Sandra Nkaké (pronounced ENKAHKAY). A few months ago, I came across small animated.gifs promoting the Radio Nova hit single “Sex Friend” produced by respected Blue Note Records musician Booster, with Sandra as lead vocalist. While the song speaks volumes to the commonplace commitment shy tactics employed by many westernized young urban adults. The online promotion of the song compels me to question whether or not Paris’ new diva in the making is getting her fair shake.

Je me permets de vous écrire pour exprimer mon respect sur l’affaire de la talentuese et sophistiquée chanteuse/parolière/comédienne, Mme. Sandra Nkaké. Il y a quelques mois, j’ai remarqué des petits .gifs animés pour promouvoir le tube de Radio Nova, « Sex Friend » produit par le musicien respecté de Blue Note Records, Booster, avec Sandra comme la chanteuse principale. Alors que la chanson est un temoignage du comportament courant des jeunes occidentaux frilleux aux engagements amoureux, la promotion en ligne de cette chanson me force à poser la question : la nouvelle diva en herbe serait-elle justement representée pour son œuvre?

l_d733024d85602460b052d46a6639d32d.jpg

It’s no secret Sandra, French-Cameroonian, is distinguishing herself from other soul singers around the capital with her fearlessly sexy, and at times politically outspoken performances. She easily entices her audience with her wide-ranging vocal abilities, with the concert at New Morning last week being no exception. Sandra’s energy onstage was infectious, never limiting herself to singing exclusively in one language even in the same song. Her acting background was so transparent, with each movement perfectly articulated with the rhythmic and bass-heavy music of her backing band. Sandra continually challenges herself by collaborating with edgy, and even experimental musicians such as Ji Mob (the night’s first act), helping take her rich soul-funk sound to the next level.

Ce n’est pas un secret que Sandra, franco-camerounaise, se distingue des autres chanteurs de soul de la Capitale avec ses intérpretations à la fois couragueseument sexy et contestataires. Elle séduit facilement son public avec la richesse de sa voix, et son concert à New Morning n’était pas l’exception. Son dynamisme sur scène est contagieux, ne se limitant pas à chanter en une seule langue, dans la même chanson. Sa formation théâtrale est transparente, chaque geste étant parfaitement articulé au son de la musique bourée de bass et rythme de ses musiciens. Sandra se défit toujours en s’associant avec des collaborateurs tranchants et experimentaux, comme Ji Mob (le premier groupe sur scène ce soir-là), qui l’aident à élever sa musique soul-funk à un autre registre.

boosterv2.jpgNow with all of these elements working overwhelmingly in her favor, my question is: Why was the “Sex Friend” single promoted with a white woman’s face, despite the fact that Sandra is to put it mildly, statuesque? Having developed new media marketing campaigns for major-label artists, I think using Sandra’s image could have inspired more sophisticated and original marketing come-ons, than those of the clichéd airbrushed whiteface actually used.

Or, avec tous ces éléments qui marchent largement en sa faveur, je pose la question suivante : « Pourquoi le morceau « Sex Friend » a-t-il été promu avec le visage d’une femme blanche, alors que Sandra est loin d’être légèrment moche ? » Ayant developpé des campagnes de marketing en ligne pour des artistes signés aux grandes maisons de disques, je pense que l’image de Sandra aurait pu inspirer des avances de marketing plus sophistiquées et originales, que celles du cliché de ce visage blanc retouché.

Although Sandra is in a committed relationship and a mother of two, the song could have been used to spark any number of discussions with folks worldwide on any number of issues related to health and sexuality. Without perpetuating the myth of the oversexed black temptress, the song could have easily been used as a safe-sex anthem to promote responsibility and safe sex in Africa, for example, where sexual empowerment among women of color remains an anamoly. Just an idea…

Même si Sandra est en couple avec deux enfants, la chanson aurait pu susciter un débat mondial sur pleins de sujets liés à la santé publique et la sexualité. Sans pérpetuer le mythe de la tentatrice nymphomane noire, la chanson pourrait être utitlisée comme le générique d’une campagne pour sensibliser un public africain, par exemple sur les rapports sexuels protegés, où l’autonomisation feminine encore très tabou. Juste une idée…

When I asked Sandra about the image, she mentioned it had happened so quickly, that it was already beyond her. For me, however, it conjured up notorious incidents in popular American musical history of Martha Wash’s face being censored for her being overweight; or worse still, Elvis Presley’s chart topping success with “Hound Dog”, originally penned by the blues-woman Big Mama Thornton, who died in obscurity.

Lorsque j’ai questionné Sandra sur cette image, elle m’a confiée que cela s’etait tellement vite passé, ça l’avait dépassé. Pour moi, cependant, cette image m’a evoqué la triste notorieté dans l’histoire musicale américaine de l’image de Martha Wash censurée pour son obèsité. Ou encore pire, le succès d’Elvis Presley avec «Hound Dog », composé à l’origine par la blues-woman, Big Mama Thornton, qui a disparu en obscurité.

With my eyebrow half-cocked, I hope that Sandra’s future label- as she is still a free agent-doesn’t shy away from marketing her in all of her glory. I implore them to not just capitalize on adolescent sex appeal that made Britney Spears a pop idol, or pigeon hole her into the respectable irrelevance of Des’ree. Sandra is a multi-faceted performer who deserves to be marketed internationally as a sexually empowered woman with elegance, intelligence and vocal chops to match, who just happens to be black.

Avec un œil de loucheur, j’espère que la future maison de disque de Sandra, comme elle est pour le moment, non signée, n’aurait pas peur de la commercialiser dans toute sa gloire. Je les implorerai de ne pas juste exploiter l’attrait adolescent qui a vu la montée fulgurante de Britney Spears, ou pire encore la caser vers l’absence respectable de Des’ree. Sandra est une interprète qui merite d’être promue à l’échelle internationale non seulement en tant que femme autonomisée, élégante, et intelligente, mais aussi en tant que chanteuse hors norme qui est juste comme par hasard noire.

Sincerely,
Veuillez agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués.

Alva,
Editor-in-Chief/Translator, Parisnoiresurblanc.com
Executive Producer, Head of Production + Communication, Excuse My French
Rédactrice en chef/ traductrice, Parisnoiresurblanc.com
Productrice exécutive, Responsable Production + Communication, Excuse My French

Avis aux concernés: Une interview avec Sandra sur TV5 est aussi à votre disposition en cliquant ce lien ci.

2 Comments

Filed under 10 euros, Allonymous, Cheap drinks/ Cocktails pas chers, Franck Biyong & Massak, French Song / Variété Française, Lisa Spada, New Morning, Sandra Nkake, sexy French music, Third Shot

Birdy Nam Nam @ Musée du Louvre


It’s kind of ironic the Musée du Louvre just presented an event, «Duos Ephémères» featuring French turntabilists Birdy Nam Nam (BNN) spinning electrobeats to a choice selection of silent-era films dedicated to smoking and cigarettes. Then, again, this is France, right ? Meaning folks here are totally indifferent to the MPAA’s recent decision to clamp down on its ratings of all films depicting « pervasive smoking ».* The rare Louvre event unintentionally flouted Hollywood political correctness in a way only the French can.

C’est un peu ironique que le Musée du Louvre vienne tout juste de présenter son dernier « Duos Ephémères » . Cette fois-ci, les DJs français de Birdy Nam Nam (BNN) tournaient des electorbeats pour accompagner une sélection de choix du cinéma muet consacré à la cigarette et tous ses associés. Ne sommes-nous pas en France? Donc les gens sont complètement indifférents que le MPAA (l’équivalent du CSA) vienne de durcir leurs critères sur leurs systèmes de classement des films dépeignant des personnages-fumeurs très nombreux. L’événement rarissime au Musée a involontairement fait fi à la rectitude politique hollywoodienne comme on pouvait s’y attendre des français.

Given this context, part of the fun was watching these films made well before the MPAA and its precursor the Hays Production Code of 1933, which forbade this and other types of « immoral behavior » including interraccial love, childbirth, and drug & alcohol consumption. Although unbilled as such, these « pre-code » films, set to an anachronistic urban tempo by the 4 DJ collective, added levity to the whole no smoking debate by lampooning smokers and non-smokers alike.

Vu le contexte, l’ironie venait du fait que les films avaient été produits bien avant le MPAA et son précurseur le code Hays de 1933, intérdisant ce genre de « comportement immoral » ainsi que bien d’autres comme les scènes d’amour entre les noirs et les blancs, l’accouchement, et la consommation de l’alcool et des stupéfiants. Bien que les films n’aient pas été promus comme tels, avec une musique urbaine anachorétique, la présentation a injecté un peu de légerté au débat actuel sur l’anti-tabagisme en brocardant les fumeurs et les non-fumeurs de la même manière.

The music almost seemed secondary to the often hilarious images of tobacco use by children and animals. I am still reeling from seeing the 1913 Gaumont film «Bout de Zan et le cigare » by Louis Feuillade in which a boy gets sick after a few too many tokes on , um, a cigar (and in the days when I wonder if there were stand-ins used). BNN, though, really found their groove during the American film « Feet of Mud » by Harry Edwards, depicting classic Chinatown opium den scenes from the roaring twenties.

Parfois la musique semblait secondaire aux images souvent hilarantes d’enfants et d’animaux fumant des cigarettes. Je ne m’en revenais pas après avoir vu le film de Gaumont de 1913 « Bout de Zab et le cigare » de Louis Feuillade. Après avoir fumé ce qui ressemblait à un cigare, un jeune garçon tombe malade par l’effet d’une bouffée de tabac (à une époque où je doute que des cascadeurs avaient été employés). BNN, cependant, ont vraiment trouvé leur rythme lors du film américain « Feet of Mud » de Harry Edwards qui dépeignait des scènes classiques des fumeries d’opium à Chinatown dans la folie des années vingt.

The Louvre outdid itself with the event, in what was probably the largest assembly of non-tourists under 35 there in a long time. Bummer the next such « Duos Ephémères » on the theme of borders won’t be until November 30 !!!

Le Louvre s’est surpassé pour cet événement, avec le regroupement probablement le plus grands de non-touristes ayant moins de 35 ans depuis longtemps. Punaise que le prochain « Duos Ephémères », sur le thème des frontières, n’aura pas lieu avant le 30 novembre !!!

Princess Nicotine (see above) by J. Stuart Blackton in 1909 was among the films shown at the Louvre. Princess Nicotine (voir ci-dessus) de J. Stuart Blackton en 1909 était parmi les films projetés au Louvre.

* Puffing Away That PG Rating , (May 10, 2007 article from the NY Times on the MPAA’s new stance on smoking.)

Leave a comment

Filed under 10 euros, Birdy Nam Nam, Cigarettes, Comedy / Comédie, DJs, Duos Ephémères, Film / Cinéma, MPAA/ CSA, Musée du Louvre, Music / Musique, Paris Museums/ Musées de Paris, Princess Nicotine, Silent Film/ Cinéma muet

Oxmo Puccino & the Jazz Bastards @ Salle D. Ferry (Nanterre)

943346790_l.jpgWhile they say France is the second largest consumer of rap music after the US, it does not necessarily follow that French hip-hop and rap deserves as wide an audience. Since my return to France in 2004, most hip-hop/rap that I have come accross here shamelessly apes the WORST of American street culture to the point where I can’t take it seriously. Most French rappers toil way too long in the hip-hop tropes of a lazy man (i.e. bling-bling, partying, misogyny, and thugging), without even playing their strongest card, a cartesian education and a direct link to sub-saharan Africa and the Arab World. While all the elements are there : black-blanc-beur disenfranchised youth ; a beautiful, complex, (& musically underrated) Western language ; a rich French musical heritage SCREAMING to be sampled ; and a dizzying array of cultures that could EASILY upstage American white-black-latino-eastcoast-westcoast sensibilities. Only once these elements have been throroughly explored, I believe French rap may then have serious potential to ressurect the entire genre worldwide.

À ce qu’il parait, la France serait le 2e marché de la musique rap après les USA ce qui ne veut pas dire que le rap français mérite un aussi grand public. Depuis mon retour en 2004, la plupart du rap/hip-hop que je croise singe sans la moindre honte le PIRE de la culture urbaine états-unienne à un tel point que j’ai du mal à l’accepter telle quelle. Trop de rappeurs français travaillent trop dur dans les figures de style des fainéants (ex. le bling-bling, la fête, la misogynie, et le hooliganisme), sans jouer leurs cartes les plus fortes (une éducation cartésienne + des liens plus directs avec l’Afrique noire et le monde arabe). Pourtant tous les éléments y sont : des jeunes black-blanc-beur privés de leurs droits civiques ; une langue occidentale à la fois belle et complexe (et surestimée musicalement) ; une riche héritage de la chanson française qui CRIE pour être samplée ; et un étalage de cultures stupéfiant qui pourrait BOULVERSER les traditions typiquement américaines inspirées des sensibilités blanc-noir-latino-Californie-New Yorkaises. Une fois que tous ces éléments seront raffinés, j’estime que le rap français aurait le potentiel de ranimer le genre dans le monde.


My recent trip out to the college-town banlieu of Nanterre, was encouraging and well worth the RER (like Metro North or the LIRR in NYC) ride a few weeks ago, when I got a chance to see rapper Oxmo Puccino and the Jazz Bastards at a small concert venue with my friend G. Malian-born, Oxmo is among a handful of French rappers I can tolerate because he not only raps with a respect for the French language (influences include Belgian singer, and mom’s fave, Jacques Brel and French crooner Charles Aznavour), but he also performs with a capable live jazz band (the Jazz Bastards) on his latest album, Lippoppette Bar. The album tells the the stories of the host of shady characters that Oxmo, as bouncer “Black Popeye”, encounters at a local Parisian bar. Yeah, I know the rapper with jazz band model is nothing new. Like The Roots, the live band adds musical credibility to Oxmo’s unanimously respected gruff n’ tuff vocal delivery.

Mon trajet récent vers la banlieue universitaire de Nanterre, m’a un peu encouragée. Le billet de RER en valait la peine pour aller voir le concert du rappeur Oxmo Puccino and the Jazz Bastards dans une petite salle de concert avec mon pote, G. Né au Mali, Oxmo est un minorité des rappeurs français que je peux supporter parce qu’il respecte, la langue française et joue ses concerts avec un bon petit groupe de jazz (the Jazz Bastards) sur son dernier disque Lippopette Bar. Oxmo joue le rôle d’un videur «Black Popeye» dans un bar parisien et raconte les histoires de ses habitués. Oué, je sais la formule groupe de jazz+ rappeur, a déjà été vu. Cependant, comme les Roots, le jazz-band donne Oxmo une certaine crédibilité à son style bourru et dur à cuire très respecté à la fois par les critiques et son public.

In all fairness, I have similar criticisms of American rap that is crashing and burning as I write. In both countries, artists are often less to blame for the genre’s shortcomings than the industry that binds them. So when many of my US friends ask, «What’s the Paris hip-hop scene like ? » I generally roll my eyes with a sigh and just pray for its speedy recovery. That said, I am open to suggestions and even have a few folks on my radar : slightly subversive, La Rumeur, international hipsters, La Caution, folk hip-hopper/multi-tasker, Spleen, and the funky phrasings of Saian Supa Crew. To be continued…

En toute justesse, j’ai les mêmes critiques du rap américain qui en ce moment s’écrase mortellement. Dans les deux pays, l’industrie musicale est plus reprochable pour la chute du genre plutôt que les artistes eux-mêmes. Lorsque mes amis américains me demandent, «Comment trouves-tu la scène hip-hop à Paris?» Généralement, je roule les yeux avec un soupir et lui souhaite un prompt rétablissement. Cela dit, je reste ouvert à vos suggestions et tiens à vous en citer quelques-uns captés sur mon écran de radar : La Rumeur, pour leurs tendances subversives ;La Caution, des rappeurs un peu branchés malgré eux ; le chanteur polyvalent de folk/hip-hop, Spleen ; et la funky-ttude de Saian Supa Crew. À suivre…

8 Comments

Filed under 10 euros, Black Paris / Paris Noir, Cheap drinks/ Cocktails pas chers, French Song / Variété Française, Hip-Hop, Jazz, La Caution, La Rumeur, Music / Musique, Oxmo Puccino & The Jazz Bastards, Rap, Saian Supa Crew, sexy French music, Spleen

“Airs de Paris” @ Centre Pompidou

air.jpgLast Sunday, my friend Gérôme and I made good use of our “laissez-passez” cards to check out the new «Airs de Paris » exhibit at the Centre Pompidou (CP). Inspired by Marcel Duchamp’s exposition of the same name at the opening of the CP in 1977, the exhibit offers a fascinating glimpse of the evolution of contemporary Paris as interpreted by a host of notable artists including Duchamp (+ the signature piece), Nan Goldin, Abdel Abdessemed, Sophie Calle, Chris Mark, and Raymond Hains among others.

Dimanche dernier, accompagnée de mon ami Gérôme, nous nous sommes bien servis de nos cartes laissez-passez pour aller voir la nouvelle exposition « Airs de Paris » au Centre Pompidou (CP). Inspirée par l’exposition du Marcel Duchamp du même nom à l’ouverture du CP en 1977, l’exposition propose un aperçu de l’évolution de Paris contemporain interprétée par une foule d’artistes telle que Duchamp (+ son œuvre phare), Nan Goldin, Abdel Abdessemed, Sophie Calle, Chris Mark, et Raymond Hains parmi d’autres.

Although the multidisicplinary exhibit is fairly extensive, there were a few areas that, in my mind, merit more than a cursory glance. Bien que l’exposition pluridisciplinaire soit très vaste, j’estime que certaines parties méritent mieux q’un coup d’œil superficiel.

  • «New Public Languages and Popular Urban Cultures» for some recognizable, yet understated nods to Euro pop culture. ///« Nouveau Langages Publics et Cultures Populaires Urbaines » pour quelques allusions reconnaissables, mais subtiles à la culture populaire européenne.
  • «The Media and Nict at the Heart of Urban Life. Unpredictable Future» For among MANY other things, ideas on how to put your old Apple IIGS back to work. (smiles). ///«Médias et Nouvelles technologies de l’information et de la communication (NICT) au cœur de la vie urbaine. « Unpredictable future ? » Entre autres, quelques idées pour remettre ton vieil ordinateur Apple II GS en marche. (sourires)
  • «Identities and Communities» for some insightful video work on identity politics in Paris. I am personally still trying to decide if Adel Abdesssemed’s Zen (video of a half-naked Black man and milk) is a proactive statement on metissage and integration, just down right racist or something else entirely ? (Would love to hear your thoughts on this, if you have seen it.) The other work of the Muslim woman wearing a head scarf with rosary beads (all I am going to say !) was equally provactive./// « Identités et Communautés » pour des œuvres perspicaces sur le communautarisme à Paris. Moi, je me demande encore si « Zen » de Adel Abdesssemed (le vidéo d’un homme noir à moitié nu avec du lait) est une déclaration proactive sur le métissage et l’intégration, purement raciste, ou bien autre chose ? (si vous l’avez vu, n’hésitez pas à me faire part de vos réactions.) L’autre œuvre de la musulmane au foulard avec un chapelet (c’est tout ce que je vais dire !) était également provocatrice.
  • «Individuals and Globalised Networks» for, notably, the oversized orange-peel globe with an acupunctured chronology of environmental facts. ///« Individu et Réseau Globalise » pour notamment le globe surdimensionné en forme d’écorces d’orange aux points chinois d’une chronologie des faits écologiques.

Yet, again it must be noted that I am SO not a fan of the CP’s English translations. I counted at least three MAJOR typos in large print on the walls of the exhibit, and some translation oddities. It makes me wonder if they even have native English speakers proofreading the text before it goes live. Do they just leave this to an underqualified French intern (with less than fluent English) to correct? Or even worse, an incompetent executive with a CDI (lifetime job contract) who is too expensive to fire? (Yeah, probably !) Such a shame for a museum of CP’s size and stature.

Encore une fois, je constate que je ne suis pas trop fan des traductions anglaises du CP. J’ai compté au moins trois coquilles énormes en gros caractères sur les murs de l’exposition, ainsi que des tournures de phrases bizarres. Je me demande si les correcteurs sont de langue maternelle anglaise et s’ils lisent vraiment les textes avant qu’ils ne soient imprimés. Laissent-t-ils cela aux stagiaires non qualifiés (qui ne parlent même pas l’anglais couramment) ? Ou encore pire, un cadre incompetent avec un CDI qui serait trop cher à virer ? (Oué probablement !) C’est un scandale pour un musée de cette grandeur et de cette envergure.

« Airs de Paris » will be on exhibit until August 15, 2007.
« Airs de Paris » sera exposé jusqu’au 15 août 2007.

1 Comment

Filed under 10 euros, Adel Abdesssemed, Airs de Paris, Centre Pompidou, Current Event / Actualité, Marcel Duchamp, Paris Museums/ Musées de Paris