Category Archives: Black Paris / Paris Noir

Concert: “Tous Unis Pour Haiti” 23 Jan à Paris

SAMEDI 23 JANVIER à 22 heures
CONCERT DE SOUTIEN de la Scène Hip Hop Soul et R&B !
TOUS UNIS POUR HAITI
avec Amel Bent, Quinze, Princess Erika, Les Nubians, Humphrey, K-reen, Aysat, Lynnsha, Dan Kamit, Eilijah,
Hailé, VR, Lary, Awa Imani, Hasheem, Brasco, Alibi Montana et beaucoup d’autres….
AU RESERVOIR
16 RUE DE LA FORGE ROYALE, 75011 PARIS
M° LEDRU-ROLLIN ou M° FAIDHERBE-CHALIGNY
ENTREE : 10 €
La Scène soul, hip hop et R&B se mobilise pour venir en aide à la population Haitienne qui est en train de vivre des heures extrêmement douloureuses.
L’aide doit affluer au pays de manière cohérente par des canaux de secours sécurisés, Quinze artistes engagés s’il en est a levé en quelques heures un pan entier de la créativité groove française.

IMPORTANT : TOUS

LES BENEFICES DU

CONCERT SERONT REVERSES A

MEDECINS SANS FRONTIERES

******************INFO IMPORTANTE***************
*PREVENTES du concert disponibles à partir de Mardi 19 Janvier chez:

URBAN MUSIC (magasin de disques)
22, rue Pierre Lescot 75001 Paris
M° Etienne Marcel ou Chatelet les Halles.

Advertisements

2 Comments

Filed under Amel Bent, Black Paris / Paris Noir, Current Event / Actualité, Haiti, K' Reen, Le Reservoir, Les Nubians, Princesse Erika, Quinze

Réunion le 15 Janvier à Paris pour Haïti!

Le chanteur Gerald Toto vient de le poster sur son statut de Facebook:

“On propose de se réunir ce vendredi 15 janvier à 15h30 devant l’ambassade de Haïti (10 rue Théodule Ribot 75017) afin d’y déposer vos dons (denrées non périssables, vêtements, etc). Tous les artistes sont invités à apporter en plus leur soutien en chantant, dansant, peignant, slamant, sa zot vlé, sa zot sav fè. J’y serais!”

Aussi pour les dernières infos et pour déposer vos dons, cliquez – ici

Singer Gerald Toto just posted his Facebook status as follows:

“We’re planning on meeting this Friday January 15 at 3:30 pm in front of the Haitian Embassy (10 rue Théodule Ribot 75017) in order to drop off your donations (non-perishable food items, clothing, etc.) All artists are invited to bring their additional support in the form of song, dance, paint, slam, sa zot vlé, sa zot sav fè. I will be there.”

Also for the latest news and to make a donation click here.

2 Comments

Filed under Black Paris / Paris Noir, Current Event / Actualité, Gerald Toto, Haiti

Video: Spy – Beat Assailant + Ben L’Oncle Soul

Le nouveau clip vidéo SPY de Beat Assailant avec Ben L’Oncle Soul en tournée actuellement dans toute la France. // The new Beat Assailant video SPY with Ben L’Oncle Soul now on tour throughout France…

Vodpod videos no longer available.

2 Comments

Filed under Beat Assailant, Black Paris / Paris Noir, Oncle Ben, R n’ B, Rap, video

VIDEO: “Seven Nation Army” de Ben l’oncle Soul

Voici le nouveau clip de Ben l’oncle soul (aka Oncle Ben) avec une reprise des White Stripes, “Seven Nation Army” de son EP, Soul Wash. Actuellement en tournée en France avec Beat Assailant et Diams, on attend avec impatience son passage à la Maroquinerie le 15/01/10 et son prochain album prévu en 2010.   //    Here’s the latest video from Ben l’oncle soul with a White Stripes cover “Seven Nation Army” from his EP, Soul Wash. Currently on tour with Beat Assailant and Diams around France, we can’t wait for his Paris show 01/15/10 at La Maroquinerie and his next album to be released in 2010.

Vodpod videos no longer available.

Leave a comment

Filed under Black Paris / Paris Noir, Current Event / Actualité, La Maroquinerie, Oncle Ben, video

Oxmo Puccino & the Jazz Bastards @ Salle D. Ferry (Nanterre)

943346790_l.jpgWhile they say France is the second largest consumer of rap music after the US, it does not necessarily follow that French hip-hop and rap deserves as wide an audience. Since my return to France in 2004, most hip-hop/rap that I have come accross here shamelessly apes the WORST of American street culture to the point where I can’t take it seriously. Most French rappers toil way too long in the hip-hop tropes of a lazy man (i.e. bling-bling, partying, misogyny, and thugging), without even playing their strongest card, a cartesian education and a direct link to sub-saharan Africa and the Arab World. While all the elements are there : black-blanc-beur disenfranchised youth ; a beautiful, complex, (& musically underrated) Western language ; a rich French musical heritage SCREAMING to be sampled ; and a dizzying array of cultures that could EASILY upstage American white-black-latino-eastcoast-westcoast sensibilities. Only once these elements have been throroughly explored, I believe French rap may then have serious potential to ressurect the entire genre worldwide.

À ce qu’il parait, la France serait le 2e marché de la musique rap après les USA ce qui ne veut pas dire que le rap français mérite un aussi grand public. Depuis mon retour en 2004, la plupart du rap/hip-hop que je croise singe sans la moindre honte le PIRE de la culture urbaine états-unienne à un tel point que j’ai du mal à l’accepter telle quelle. Trop de rappeurs français travaillent trop dur dans les figures de style des fainéants (ex. le bling-bling, la fête, la misogynie, et le hooliganisme), sans jouer leurs cartes les plus fortes (une éducation cartésienne + des liens plus directs avec l’Afrique noire et le monde arabe). Pourtant tous les éléments y sont : des jeunes black-blanc-beur privés de leurs droits civiques ; une langue occidentale à la fois belle et complexe (et surestimée musicalement) ; une riche héritage de la chanson française qui CRIE pour être samplée ; et un étalage de cultures stupéfiant qui pourrait BOULVERSER les traditions typiquement américaines inspirées des sensibilités blanc-noir-latino-Californie-New Yorkaises. Une fois que tous ces éléments seront raffinés, j’estime que le rap français aurait le potentiel de ranimer le genre dans le monde.


My recent trip out to the college-town banlieu of Nanterre, was encouraging and well worth the RER (like Metro North or the LIRR in NYC) ride a few weeks ago, when I got a chance to see rapper Oxmo Puccino and the Jazz Bastards at a small concert venue with my friend G. Malian-born, Oxmo is among a handful of French rappers I can tolerate because he not only raps with a respect for the French language (influences include Belgian singer, and mom’s fave, Jacques Brel and French crooner Charles Aznavour), but he also performs with a capable live jazz band (the Jazz Bastards) on his latest album, Lippoppette Bar. The album tells the the stories of the host of shady characters that Oxmo, as bouncer “Black Popeye”, encounters at a local Parisian bar. Yeah, I know the rapper with jazz band model is nothing new. Like The Roots, the live band adds musical credibility to Oxmo’s unanimously respected gruff n’ tuff vocal delivery.

Mon trajet récent vers la banlieue universitaire de Nanterre, m’a un peu encouragée. Le billet de RER en valait la peine pour aller voir le concert du rappeur Oxmo Puccino and the Jazz Bastards dans une petite salle de concert avec mon pote, G. Né au Mali, Oxmo est un minorité des rappeurs français que je peux supporter parce qu’il respecte, la langue française et joue ses concerts avec un bon petit groupe de jazz (the Jazz Bastards) sur son dernier disque Lippopette Bar. Oxmo joue le rôle d’un videur «Black Popeye» dans un bar parisien et raconte les histoires de ses habitués. Oué, je sais la formule groupe de jazz+ rappeur, a déjà été vu. Cependant, comme les Roots, le jazz-band donne Oxmo une certaine crédibilité à son style bourru et dur à cuire très respecté à la fois par les critiques et son public.

In all fairness, I have similar criticisms of American rap that is crashing and burning as I write. In both countries, artists are often less to blame for the genre’s shortcomings than the industry that binds them. So when many of my US friends ask, «What’s the Paris hip-hop scene like ? » I generally roll my eyes with a sigh and just pray for its speedy recovery. That said, I am open to suggestions and even have a few folks on my radar : slightly subversive, La Rumeur, international hipsters, La Caution, folk hip-hopper/multi-tasker, Spleen, and the funky phrasings of Saian Supa Crew. To be continued…

En toute justesse, j’ai les mêmes critiques du rap américain qui en ce moment s’écrase mortellement. Dans les deux pays, l’industrie musicale est plus reprochable pour la chute du genre plutôt que les artistes eux-mêmes. Lorsque mes amis américains me demandent, «Comment trouves-tu la scène hip-hop à Paris?» Généralement, je roule les yeux avec un soupir et lui souhaite un prompt rétablissement. Cela dit, je reste ouvert à vos suggestions et tiens à vous en citer quelques-uns captés sur mon écran de radar : La Rumeur, pour leurs tendances subversives ;La Caution, des rappeurs un peu branchés malgré eux ; le chanteur polyvalent de folk/hip-hop, Spleen ; et la funky-ttude de Saian Supa Crew. À suivre…

8 Comments

Filed under 10 euros, Black Paris / Paris Noir, Cheap drinks/ Cocktails pas chers, French Song / Variété Française, Hip-Hop, Jazz, La Caution, La Rumeur, Music / Musique, Oxmo Puccino & The Jazz Bastards, Rap, Saian Supa Crew, sexy French music, Spleen

Crystal Night @ La Scène Bastille

Shortly after my return to Paris in 2004, I was invited to check out a concert by a young French singer/songwriter who claimed influences among all the neo-soul greats (Jill Scott, Alicia Keys , Erykah Badu etc.). I was so underwhelmed by her performance of insincere, souless R n’ B, that I practically gave up on the whole Paris music scene altogether. Some other shows since were equally disappointing for a city that prides itself on its appreciation of Afro-American music and culture. So, it’s a crying shame that what passes as Parisian neo-soul is often more gelatinous than buttery smooth.

Peu après mon retour à Paris en 2004, j’ai été invitée au concert d’une jeune chanteuse parolière française prétendant des influences parmi les incontournables de la musique néo-soul (Jill Scott, Alicia Keys, Erykah Badu etc. ) N’ayant pas été impressionnée par l’interprétation ses chansons R n’B médiocres et insincères, que j’ai bien failli renoncer à la scène musicale parisienne. D’autres concerts m’ont également déçu surtout dans une ville où l’on vante l’appréciation de la musique et culture afro-américaine. Il est bien dommage que la néo-soul à la Parisienne soit gélatineuse plutôt que crémeuse.

Crystal Night , however, is among the few nu-soul/jazz singers in183999431_l.jpg the French capital who seem to get it right. Crystal, accompanied by a five-piece band and two back-up singers, seemed to effortlessly pull off a performance worthy of the genre. Crystal, an Atlanta, GA native and Spelman College graduate, has been based in Paris since 2000, and has played across Europe and at some of Paris’ best venues.

Crystal Night, cependant, fait partie d’une minorité de chanteurs de nu-soul/jazz de la Capitale qui semblent pouvoir maîtriser le genre. Accompagnée par un quintette et deux choristes, Crystal a bien semble réussir sans effort un concert du genre authentique. Crystal, originaire d’Atlanta, GA, diplômée de Spelman College, est parisienne depuis 2000, et a donné des concerts en Europe ainsi que dans de bonnes salles de concert de Paname.

She was bubbly and affable on stage singing in English while introducing each song in fluent French. She seamed at ease performing a set of mostly original songs from her independantly produced CD, entitled Sweet Melodies, which received a very respectable 4-afro rating from the influential OkayPlayer.Com. Her Minnie Ripperton cover was practically pitch perfect, and easily won over the sizeable crowd, many of whom were from Crystal’s Myspace fan base (over 9,000 strong).

Elle est à la fois débordante de vitalité et affable sur scène en chantant en anglais et annonçant en français les chansons qu’elle interprétait. Elle semblait à l’aise en interprétant des morceaux originaux de son CD produit indépendamment intitulé, Sweet Melodies. D’ailleurs, ce disque a obtenu un classement très respectable de 4 afros par le site influent, Okayplayer.com. Sa reprise d’une chanson de Minnie Ripperton etait quasiment sans faute, et a séduit le public dont la plupart faisait partie de son cercle d’amis myspaciens (au nombre de plus de 9,000).

After the show, Crystal’s good friend China Bridgewater (daughter of DeeDee & an MTV France VJ/ singer) hugged her before suggesting the song «Vin Rouge» would be perfect as a house mix. After hearing them speak my language, I went up and chatted with the girls. I was pleased that even China agreed; Crystal helped restore our faith in that home-grown, nu-soul/jazz sound that we both found ourselves craving in Paris. Indeed, Crystal shows them how it is done, and is ready to take on the world.

Après le concert, une bonne copine de Crystal, China Bridgewater (fille de DeeDee & VJ sur MTV France/ chanteuse) l’a serrée dans ses bras avant de proposer que sa chanson « Vin Rouge » serait parfaite comme un remix de house. Je me suis mise à discuter avec les filles lorsque je les ai entendues parler une de mes langues préférées. De plus China était de mon avis ; Crystal a restauré notre foi en le son nu-jazz que nous avions si mal à trouver à Paris. En effet, Crystal leur a montré comment on s’y prend et serait prête à conquérir le monde.

The CD, Sweet Melodies is now on sale through itunes, and via Crystal’s Myspace page.
Le CD Sweet Melodies est en vente sur itunes et sur la page Myspace de Crystal.

NB: The video aboveis from a live performance in Paris in November 2006.///La vidéo ci-dessous est d’un concert à Paris en novembre 2006.


Leave a comment

Filed under 10-15 euros, Black Paris / Paris Noir, China Bridgewater Moses, Crystal Night, Jazz, La Scène Bastille, Music / Musique, Music venues / Les salles de concert, Nu-Soul, Pricey drinks / Cocktails très chèrs, R n’ B, sexy French music

Franck Biyong & Massak (et al.) @ La Scène Bastille

l_c873904b53ae4567ffe2a11a1c4a6a78.gifFranck Biyoing & Massak along with a stellar lineup of guests pulled off a dynamic, and at times, dramatic performance to vividly commemorate the abolition of slavery Friday night. Despite some technical difficulties which delayed the show, Franck (a pretty bad-ass guitarist himself) and his eight piece band (including a 5-piece horn section, a drummer, a percussionist, and a bass player) were accompanied by a coterie of 4 exuberant multi-culti back-up singers, as well as Sandra Nkake, Mata Gabin, Cristina Volle among others. The singers also doubled as stage actresses depicting the historical evolution of the African diaspora: from Africa’s pre-Columbian glory, to enslavement, and its eventual abolition, all while paying hommage to its ongoing musical contributions.

Franck Biyong & Massak avec des invités lumineux ont réussi un concert à la fois dynamique et parfois dramatique commémorant sous de vives couleurs l’abolition de l’esclavage vendredi soir. Malgré quelques soucis techniques qui ont retardé le concert, Franck (lui-même un très bon guitariste) et un orchestre de huit musiciens (comprenant les cors de 5 musiciens, un batteur, un percussionniste, et un bassiste) ont été accompagnés par 4 choristes exubérantes de diverses origines, ainsi que Sandra Nkake, Mata Gabin et Cristina Volle parmi d’autres. Les chanteurs étaient aussi comédiens interprétant l’évolution historique de la diaspora africaine-de sa gloire avant l’ère de Colomb, à l’esclavage et son éventuelle abolition-tout en rendant hommage à ses contributions musicales.

Franck impressively swaggered from Hendrix style rock before leading his band to a dramatic riff of the Marseillaise as the singers mimed scenes illustrating the horrors of slavery. While the theatrics at times seemed to overcrowd the stage, the thinly veiled condemnation of France’s role in slave history was far from lost. One scene depicted a recently enslaved African princess singing in soulful French as she was derided by new world mixed race slaves who sang in a bluesy/gospel inspired American vernacular that made a bold statement on the duality of the diaspora.

Franck se pavanait avec efficacité à l’instar du Hendrix avant de mener son orchestre vers un riff de la Marseillaise alors que les chanteurs mimaient des scènes depeignant les horreurs de l’esclavage. Bien que la mise-en-scene ait été parfois trop chargée, la condamnation à peine déguisée du rôle de la France dans l’histoire de l’ esclavage, n’était pas loin d’être perdu. Une scène depaignait une princesse africaine récemment asservie chantant en français plein de la soul, mais raillée par des esclaves métisses du nouveau monde qui chantaient en langue vernaculaire américaine inspirée du blues et gospel. L’ensemble a communiqué un message assez fort sur la dualité de la diaspora.

Mata Gabin, a lovely and poised singer/actress, sang one song that was nu-soul inspired, while Sandra Nkake, who is now being billed as Paris’ #1 soul singer, was as promised, fierce yet sophisticated. The show ended with an afro-beat jam featuring brazillian singer Cristina Volle, a drum corps, a harmonica player and two urban griots who together unified the diaspora under a funky groove.

Mata Gabin, une comédienne/chanteuse aussi charmante que posée a été invitée à chanter une chanson inspirée de la nu-soul. Sandra Nkake, qui est considerée comme la meilleure des chanteuses de soul à Paris, n’a pas déçu. Elle était à la fois sublime et sophistiquée. Le concert s’est terminé avec une jam-session afro-beat avec la chanteuse brésilienne Cristina Volle, un corps de batterie, un joueur d’harmonica, et deux griots urbains qui ont tous unifié la diaspora sous un funky groove.

Franck Biyong & Massak ‘s single “Anywhere Trouble” has been in rotation on Radio Nova since March 2007.

Le morceau de Franck Biyong & Massak, « Anywhere Trouble » se joue sur le playlist de Radio Nova depuis Mars 2007.

1 Comment

Filed under Afro-beat, Black Paris / Paris Noir, Franck Biyong & Massak, Funk, Jazz, La Scène Bastille, Music venues / Les salles de concert, Nightlife/ Vie nocturne, Nu-Soul, Pricey drinks / Cocktails très chèrs, Sandra Nkake, World / Musique du monde

ELECTIONS 2007: I Have a Dream – J’ai fait un rêve

I found this clip online posted by the CRAN (Conseil Representatif des Associations Noires) a fairly new organization here in France that is much like the NAACP in the USA. I saw this and thought, how funny that Ms. Royal and I finally have the same hairstyle ! (Trust me that never happens…) Anyway, consider this a teaser for my new column, “Elections 2007 : An Afro-(French-)American Votes in Paris” on my experiences voting in France compared to voting in the US (see links at top of page). As of now, I am hesitating between Sego and Bayrou, and would NEVER vote Sarko or that guy with the glasses. Will keep you posted.

J’ai trouvé cette séquence en ligne du CRAN (Conseil Représentatif des Associations Noires), une organisation établie en France assez récemment qui ressemble à la NAACP aux Etats-Unis. Je l’ai vue et je me suis dit comment c’est drôle que Mme. Royal a enfin la même coupe de cheveux que moi ! (Croyez-moi ça ne m’arrive jamais…) Bref, je me sers de cela comme teaser pour ma nouvelle chronique «Elections 2007: Une afro-(franco-)Américaine vote à Paris », sur mes impressions entre voter dans les présidentielles françaises et américaines (voir les liens en haut de cette page). Pour le moment, j’hésite entre Sego et Bayrou, et ne voterais JAMAIS pour Sarko, ni pour le mec aux lunettes. Je vous tiendrai au jus…

3 Comments

Filed under An American Votes in Paris/ Une Américaine vote à Par, Black Paris / Paris Noir, Comedy / Comédie, Current Event / Actualité, François Bayrou, Jean-Marie LePen, Nicolas Sarkozy, Politics / La Politique, Presidential Election 2007 / Les Présidentielles 2007, Ségolène Royal

L’Avenir est ailleurs (film) @ Reflets Médicis III, Paris 5è

18736414.jpgL’Avenir est ailleurs (The Future is Elsewhere), a new documentary written and directed by veteran TV journalist, Antoine Leonard-Maestrati, is a timely film on the migration of French West Indians to mainland France now in theatres. Despite some stylistic flaws, the film sheds light on the controversial BUMIDOM office and its practices from 1963-1980.

L’avenir est ailleurs, un nouveau documentaire écrit et réalisé par le journaliste de télé chevronné, Antoine Leonard Maestrati, est un film d’actualité sur les écrans parisiens au sujet de la migration des Antillais vers la métropole. Malgré quelques défauts stylistiques, le film éclaire le BUMIDOM (Le Bureau pour le développement des migrations vers les départements d’outre-mer) et ses mesures controversés de 1963-1980.

Shot in 35 mm film (truly a dying format in the doc world !) the film recounts the stories of French Carribbean luminaries such as writer/statesman Aimé Césaire, soccer star Lilian Thurman and the often overlooked experiences of thousands of French Carribeans and their integration into mainland France.

Filmé en pellicule 35 mm (un format en voie d’extinction dans le monde de docu !), le film présente des temoinages de lumières antillaises telles que l’écrivain/homme politique Aimé Césaire, le grand footballeur Lilian Thurman, et les expériences souvent perdues de milliers d’Antillais de leur intégration en métropole.

The little-known BUMIDOM (Le Bureau pour le développement des migrations vers les départements d’outre-mer= the Office for the Development of Migration from (French) Overseas Departments) was created in 1962 offering these native-born French citizens a one-way ticket to mainland France and employment as housekeepers, postal workers, customs officers, and subway workers. (While these jobs were a step above those offered to French-speaking African immigrants at the time, I could’t help thinking these measures evoke unfortunate stereotypes between «house ni**ers » and « field ni**ers».) Once arrived in mainland France, French Carribbeans faced the same marginalisation and discrimination in their own country, as French-speaking African immigrants from former French colonies. This dichotomy of being both French and Black/Caribbean is apparent even today as new generations of French West Indians born and raised in France struggle to forge an identity in contemporary France.

Le BUMIDOM, méconnu jusqu’à présent, a été crée en 1962 et a offert à ces Français d’outre mer un billet aller simple vers la France, ainsi qu’un travail en tant que femmes de ménages, employés des postes, douaniers, et agents RATP. (Tandis que ces postes étaient bien meilleurs que ceux offerts aux immigrés africains francophones de l’époque, ces mesures, à mon avis, évoquent des stéréotypes regrettables entres les « nègre de maison » et « nègre des champs ») Une fois arrivés à la métropole, les Antillais ont subi les mêmes discriminations et marginalisations que dans leur propre pays ou les immigrés francophones issus des anciens colonies africaines. Cette dichotomie, d’être à la fois français et noir/antillais est apparente même aujourd’hui avec les nouvelles générations d’antillais,nés et élevés à la métropole, qui se battent à forger une identité dans la France contemporaine.

Through classic talking head interviews, and archival footage showing the rarely-seen shantitowns of the French West Indies, the film adequately details the hopes and dreams of those who jumped shores for better or worse. However, the re-enactment segments, featuring a woman receiving her marching orders cross-cut between interviews, I thought, seemed out of place and could have been edited differently to maximse their visual impact.

À travers des interviews du style classique (genre : présentateur de télé) et des images d’archives quasiment inédites des bidonvilles dans les îles Antillaises, le film détaille suffisamment les espoirs et les rêves de ceux qui ont traversé l’Atlantique pour le meilleur et pour le pire. Cependant, les séquences de reproduction de la femme recevant ses ordres, présentées en montage alterné, me semblaient mal placées et auraient pu être mieux montées afin de maximaliser leur impact visuel.

The film is now playing at Reflet Medicis III, 7, rue Champollion 75005 Paris Metro Saint-Michel, Cluny and will be shown at festivals worldwide. There will be Q & As with the filmmakers on Mondays and Thursdays following the 8 :30pm screening.

Le film se joue actuellement au Reflet Médicis III, 7, rue Champollion 75005 Paris Métro : Saint Michel, Cluny et serai présenté aux festivals de film dans le monde entier. Les séances de 20h30 le lundi et le jeudi seront suivies par un débat avec l’équipe du film.

Leave a comment

Filed under Black Paris / Paris Noir, Current Event / Actualité, Documentary / Documentaire, Film / Cinéma, L’Avenir est ailleurs, less than / moins de 10 euros, West Indian/ Antillais

Allonymous @ Le Tryptique

en

So here goes the first installment in what I hope will be an ongoing digest of the best live indie music in Paris. I’ll do my best to stay on topic, but bear with me as I get easily distracted by all of the great cultural happenings Paris has to offer.4gnoqpl.jpg

So last night, I saw Allonymous aka Allen Conway at Le Tryptique and was pleasantly surprised by the energy of this emerging American (via Chicago) artist, a rising star on the Paris scene. I first saw Allonymous performing with Tribeqa and Dajla at China Club a few weeks ago, and was impressed with the down-home sensibilty he brought to the show.

Wednesday night, Allonymous and his six-piece band shifted easily from rhythmic spoken word, to funk, with a dash of rock thrown in for good measure. Decked out in red-seamed Xuly-Bet duds, Allonymous energized a sizable crowd of Parisian hipsters with a full-set lasting over an hour of soulful, edgy Rhythm n’ Blues and funk. His spoken word improvisations seemed to get the crowd moving and clearly evoked a young Gil Scott Heron or Sly Stone from back in the day.

The real show stopper was Sandra Nkake, a French-Camerounese singer who sang two duets with Allonymous and whose cheekiness and sophisticated stage presence nearly stole the show. Their soulful exchange was refreshing in its funk/Rn’B authenticity, which is, quite frankly, so hard to find « sans accent » in Paris. What’s more is their Franglais recitatives came off as more organic than gimmicky, which again is the exception and not the norm here. Karl « the Voice », a French soul singer, also stopped by for another harmonious duet that definitely left the crowd wanting more.

fr

Voilà le premier fascicule de ma chronique courante des meilleurs concerts des musiciens indépendants à Paris. Je ferai mon meilleur de ne pas trop m’écarter du sujet principal, mais j’avoue que je suis facilement distraite par tous les bons plans culturels à faire à la capitale.

Hier soir, j’ai vu Allonymous aka Allen Conway au Triptyque qui m’a surprise par son énergie. Ce jeune artiste américain (de Chicago) est une étoile montante sur la scène parisienne . Je l’ai vu pour la première fois avec Tribeqa et Dajla au China Club, il y a quelques semaines et j’étais impressionnée par l’authenticité décontractée qu’il a apporté sur scène.

Mercredi soir, Allonymous et son sextet sont passé facilement du slam rythmique au funk, saupoudré par un peu de rock en prime. Tenu en Xuly-Bet (vite reconnu par sa coutre rouge omniprésente), Allonymous a dynamisé un public assez grand des jeunes branchés parisiens avec des œuvres complètes pendant à peu près une heure pleine de soul funk et Rn’B. Ses slams improvisés ont fait bouger la foule en evoquant un jeune Gil Scott Heron ou Sly Stone d’antan.

La chanteuse franco-camerounaise, Sandra Nkake a failli ravir la vedette avec une présence sur scène à la fois sophistiquée et culottée, avec ses deux chansons en duo avec Allonymous. Leur échange bourré de soul était autant rafraîchissant pour son authenticité pure funky, ce qui est d’ailleurs très difficile de trouver sans accent à Paris. De plus, leur récitatifs franglais étaient reçus plus comme organiques qu’artificiels, ce qui est malheureusement l’exception et non pas la règle à Paname. Karl « the voice » , un chanteur de soul français, a été également invité pour un duo en pleine harmonie qui n’a pas déçu.

Links/liens
Allonymous
Sandra Nkake
Le Tryptique
Dajla
Tribeqa

1 Comment

Filed under Allonymous, Black Paris / Paris Noir, Dajla, Funk, Jazz, Le Triptyque, less than / moins de 10 euros, Music / Musique, Music venues / Les salles de concert, Nightlife/ Vie nocturne, Nu-Soul, Pricey drinks / Cocktails très chèrs, R n’ B, Sandra Nkake, Spoken Word / Slam, Tribeqa