Category Archives: Sandra Nkake

Concert A Ne Pas Rater/ Must-see Concert : Sandra Nkaké et l’ONJ

Sandra Nkake et ONJ Mar 25 janv - Paris
L’inimitable Sandra Nkaké sera en concert ce mardi 25 janvier au Théâtre du Châtelet avec l’Orchestre National de Jazz (ONJ) pour rendre hommage à la grande dame du jazz, Billie Holiday et les grands standards américains. « Broadway in Satin » promets un beau mélange des sensibilités franco-américaines dont je tiens à cœur. Je voudrais bien me rendre à Paris pour ce concert, mais hélas. Donc à vous d’y assister et s’envelopper de la chaleur de la bonne musique malgré le froid dehors.
Résérvez vos places, ici.

The inimitable Sandra Nkaké will be performing this Tuesday January 25th at the Théâtre du Châtelet with the France’s National Jazz Orchestra to pay tribute to jazz legend, Billie Holiday. « Broadway in Satin » promises to be a lovely mix of franco-american sensibilities that (you know) I appreciate. I would love to head to Paris for this concert, but alas. So it’s up to you to attend and get enveloped by the warmth of good music despite the cold outside. Reserve your seats here.

Advertisements

Leave a comment

Filed under Current Event / Actualité, Jazz, Sandra Nkake, Théâtre du Châtelet

VIDEO: Third Shot – Secret

Venez visionner le premier clip du groupe electro-jazz, Third Shot. Depuis ma première chronique sur eux, le duo de bassiste Gael Maffre et chanteuse Lisa Spada continuent à tourner et preparent un deuxième album. Aussi Lisa chante toujours avec Sandra Nkake et Emily Loizeau aux salles parisiennes de plus en plus prestigieuses telles que La Cigale et Olympia.

Come view the first music video of the electro-jazz band, Third Shot. Since my first posting on them, the duo comprised of bassist, Gael Maffre et singer Lisa Spada continue to tour and are preparing a second album. Lisa is still singing with Sandra Nkake and Emily Loizeau at Parisian venues that are more and more prestigious such as La Cigale and Olympia.
Vodpod videos no longer available.

more about “Secret on Vimeo“, posted with vodpod

Leave a comment

Filed under Sandra Nkake, sexy French music, Third Shot

Sandra Nkaké – Faces, on Fairtilizer

Fairtilizer Track 58618 sSandra Nkaké – Faces, on Fairtilizer

Venez mater et télécharger le nouveau mixtape de Sandra Nkaké. C’est facile et GRATUIT! Le mixtape rassemble 26 morceaux des inédits et des featurings avec Ji Mob, Booster et BlackJoy, parmi d’autres. // Go check out and download Sandra Nkaké‘s new mixtape. It’s easy and FREE!. The mixtape brings together 26 tracks of previously unreleased tracks and guest appearances with Ji Mob, Booster and Blackjoy, among others.

Posted using ShareThis

1 Comment

Filed under Current Event / Actualité, Free Entry / Entrée Libre, Sandra Nkake, sexy French music

VIDEO: Sandra Nkaké – H.A.P.P.Y.

Enfin, voilà le premier clip vidéo de Sandra Nkaké pour le morceau, H.A.P.P.Y. // Finally, Here it is! Sandra Nkaké‘s first music video for the track, H.A.P.P.Y.

2 Comments

Filed under Sandra Nkake, sexy French music

5: Sandra Nkaké

La chanteuse Sandra Nkaké a eu la gentillesse de m’accorder un peu de temps pour parler de son premier album, Mansaadi, dans les bacs et sur Itunes depuis le 21 Octobre 2008. Avec des dates de concerts internationales se multiplient, on hâte de la voir bientôt sur scène outre-atlantique dans un proche avenir.

The singer Sandra Nkaké was nice enough to grant me an interview on her first album, Mansaadi, in stores and on Itunes (Yes, even on Itunes USA!) since October 21, 2008. As international concert dates increase, we can’t wait to see her (often sold out) perforamancecs on this side of the Atlantic in the not too distant future.

1. Cela fait un moment depuis tu prépares cet album, qu’est ce qui t’ a inspiré et t’a donné la force de le faire ?
It has been a while since you have been preparing this album. What inspired you and gave you the strength to do it ?

Cela fait un moment que l’idée de faire un album solo me trottait dans la tête 8 Mais entre l’idée, la composition, et l’enregistrement il s’est passé du temps. L’enregistrement a commencé en mars 2007, au studio Pigalle… Mais l’envie a commencé à germer je dirais…fin 2005.

L’inspiration je la puise dans ce que m’inspirent la vie des autres, dans la mienne ! J’aime observer, et j’aime aussi imaginer des vies fictives! Mais je suis tout aussi inspiré par la musique elle-même. Un son de basse, un chat qui miaule, ou un pattern de batterie…Je n’ai pas vraiment de règle ! “Stay True” est ma première chanson et elle est “sortie” pratiquement d’un trait. Alors que “Time healed me ” m’a pris plus de temps par exemple parce que c’était sur une composition de quelqu’un d’autre et que je voulais que la mélodie et le texte me donne la sensation “juste” par rapport à la musique.

La force ! je la puise dans l’amour et la confiance que me donne mes proches et mes amis musiciens ! J’ai de la chance de les connaitre ! Ils m’ont apporté beaucoup (énergie, mais surtout arrangements, et idées).

On ne va jamais très loin nulle part, j’ai donc de la chance ! Ils ont chacun leur formation dans laquelle ils sont leaders et on donné de leur temps et de leur inspiration pour que cela sonne comme moi je l’entendais dans ma p’tite tête.

I haven’t been able to stop thinking about it for quite some time. But between the idea, the composition and recording much time has passed. The recording started in March 2007 at Studio Pigalle, but the desire started, I’d say, at the end of 2005.

I draw my inspiration from my life and the lives of others, and I am also inspired by music itself . A low tone, a cat meowing, a tech pattern, I really have no rules. « Stay True » was my first song which came all at once. While « Time Healed Me », for example, took me longer because it was based on someone else’s composition and I wanted the « right » melody, text and sensation in relation to the music. The strength? I get it from love and the confidence my loved ones and musician friends give me. I am lucky to know them and they have given me a lot. (Energy, but above all arrangements and ideas). You never get anywhere too far, so I am lucky ! They each have their training in which they lead the way and gave their time and inspiration so that it sounded the way I intended it in my little head.

2. Musicalement, l’album est riche en influences diverses : Révèles-nous comment ces influences se sont formées.
Musically, the album is rich in diverse influence, Please tell us how these influences came about.

C’est toujours compliqué et simple de répondre à cette question!!!! Influences??? Bien plus que je ne peux le comprendre réellement je pense. Mais pour faire court, j’ai écouté beaucoup de musique petite et ado particulièrement. J’y trouvais un refuge comme un autre “home” dans le quel je me sentais bien. Je ne m’étais pourtant jamais dit que je serais chanteuse, je n’en avais même pas rêvé! Mais j’éprouvais le même plaisir à écouter Joan Baez, Bob Dylan, Les Beatles, Aretha Franklin, Stevie Wonder, Prince ou Myriam Makeba. La musique n’a de frontière que celle qu’on veut bien lui imposer. Bach me fait autant pleurer que Miles Davis ou La Nina de los Peines.

Tout ce que j’aime fait sa cuisine et il en sort ce qu’il en sort !et ça fait du bien. Je n’essaye pas coller à un style mais tente plutôt d’écouter ce que mes oreilles ont envie d’entendre. Parfois ça vient de mes oreilles, parfois ça vient d’un de mes musiciens. Didier Combrouze (guitariste et chanteur/ La Glue) a composé “Disenchanted Son” et “I’ve been loving you” et j’ai immédiatement aimé ces deux chansons parmi cinq proposées! Pourquoi? Mon cerveau seul le sait. lol

It is always simple and complicated to respond to this type of question. Influences ???? Much more than I can comprehend actually, I think. To summarize, Iistened to a lot of music as a child and teenager. I found refuge there like in another home where I felt comfortable. I nevevr told myself I’d be a singer, I didn’t even dream about it. But, I felt the same pleasure in listening to Joan Baez, Bob Dylan, The Beatles, Aretha Franklin, Stevie Wonder, Prince or Myriam Makebe ! Music’s only boundray is the one you impose upon it. Bach makes me cry as much as Miles Davis or La Nina de los Peines.

All that I like works its magic and comes out however it does and that’s great. I try not to label it with a style but try rather to listen to what my ears want to hear. Sometimes it comes from my ears, sometimes that comes from my musicians ? Didier Combrouze (guitarist and singer of La Glue) composed “Disenchanted Son” and “I’ve Been Loving You” and I immediately loved these two songs among the five proposed. Why ? Only my brain knows why ! lol

3. La langue anglaise est omniprésente sur ton disque : pourquoi as-tu choisi la langue de Shakespeare plutôt que la langue de Molière ?
The English language is omnipresent on you CD : why did you choose this language over French ?

L’anglais a toujours été un bon “refuge “pour exprimer directement mes sentiment. Des problèmes d’élocutions liés à une vie un peu chaotique m’ont poussée à me soigner par une autre langue, et c’est devenu ma langue de cœur. Ma mère étant bilingue ça m’a bien simplifié les choses. Je ne suis pas bilingue mais parle courrament anglais et m’y sens à l’aise. Pour le premier album j’avais envie d’imprimer mon plaisir de faire de la musique, sans muselière. Il se trouve que ce plaisir était en anglais et ça me va tout aussi bien.
Mes textes en français étant très proche de ma vie, j’avais envie de prendre plus de temps pour les travailler afin de prendre plus de distance avec eux, pour ne jamais être dans de l’impudeur. Mais ça va venir, je me laisse le temps de faire les choses à mon rythme.

English has always been a good refuge for directly expressing my feelings. Articulation problems linked to a slightly chaotic life pushed me to counteract this by another language and it became my favorite language. My mother being bilingual, simplified things for me. I am not bilingual, but I speak English fluently and feel at ease. For the first album, I felt like imprinting my own pleasure in making music without a muzzle ! It just so happens that this very delight was in English and it was the right fit for me too. My lyrics in French being very close to my life, I had felt the need spend more time to rework them in order to take some distance from them, to never be shameless about them. But that will come, I’ll allow myself the time to do things at my own rhythm.

4. Que penses-tu de la politique du Président vis à vis l’industrie culturelle ?
What do you think of President Sarkozy and his policies vis à vis the cultural industry

Il en a une? Je vais aller me renseigner alors!!!!

He has one (sarcastically) ? I’ll go find out about it, then !!!!

5. Avec quel artiste aimerais-tu chanter et collaborer ?
With which artist would you like to sing or collaborate ?

Il y en a tellement que je ne sais pas par lequel commencer…….!!!!!!
Aretha Franklin, Stevie Wonder, Prince, David Bowie, Bjork, Larry Graham, Quincy Jones, Catherine Ringer……mais aussi (trop tard….) Nina Simone, John Coltrane, Jeff Buckley, Jeanne Lee…….

There are so many that I don’t know by where to start : Aretha Franklin, Stevie Wonder, Prince, David Bowie, Bjork, Larry Graham, Quincy Jones, Catherine Ringer… but also (it’s too late) Nina Simone, John Coltrane, Jeff Buckley, Jeanne Lee.


3 Comments

Filed under Current Event / Actualité, Music / Musique, Sandra Nkake, sexy French music

Ji Mob & ses invités/Ji Mob & guests @ New Morning

At first glance, a flutist leading a band seemed unimaginable to me in my myopic view of popular music. Seeing Ji-Mob (aka Jérome Drû)Tuesday changed this misconception by his changing genres effortlessly keeping a full audience at New Morning on its feet to keep up with the full-force sound of rock, jazz, funk, and experimental orchestrations.

A premiere vue, un flutiste en tant que chef d’orchestre me paraît inconcevable par ma myopie sur la musique populaire. Apres avoir entendu Ji-Mob (alias Jérome Drû)mardi soir j’ai change d’avis sur cette possibilité alors que son aisance à jouer plusiers genres a été ovationée par le public , grace à ses compositions à la fois rock, jazz et experimental.

Frankly the orchestrations that took about a minute to find its place. Starting off with compositions that were more jazz/ funk oriented.
However, with the dynamisme of invited guests Sandra Nkake, Karl the Voice and Allonymous on vocals those compositions were pretty straightforward. However when invited guest Stephane Belmondo a trumpet player who also delivers playing conch shells, you knew the show might head into uncharted territory. During the transitional movement that leaned on the more instrumental side, even Ji-mob would tear apart his flute and play withboth parts detached. He joined the scat dance by also adding vocals to the uncategorizable music bolstered by his team of vocalists.

A vrai dire, les orchestrations ont prit un moment pour trouver leur niche. Cependant avec la vitalité des chanteurs invités Sandra Nkake
, Karl the Voice et Allonymous , les premieres œuvres étaient des compositions de jazz/funk dont le rythme on connais tous. Pourtant lorsque l’invité le bugliste Stephane Belmondo est entré sur scène et a joué même des molluscs de conque, il devient evident que leur ligne de mire allait vers du terrain inconnu. Pendant ce mouvement transitionel plus instrumental, même Ji Mob a dechiré sa propre flute pour jouer les deux parties détachées. Il a aussi participé à la danse de scat en ajoutant des chœurs à la musique hors-catégorie renforcée par son équipe de choristes.

The show lasted almost 3 hours at the end of which the audience was on its feet as they witnessed the mantra finale of « Power to the People » that seemed so dynamic the show could’ve continued into the wee hours. All in all, I have new respect for the RUN DMC t-shirted Ji-mob and the impressive power he weilds with a possibly underrated instrument in pop music.

Le concert a duré presque 3 heures où à la fin le public etait debout en assisstant au mantra de la finale « Power to the People » dont les musiciens sembleaient prêt à continuer encore jusq’a l’aube avec leur peche sur scène. En somme, je garde un nouveau respect pour Ji Mob sappé en t-shirt de Run DMC et son pouvoir excercé par un instrument sous-estimé dans la musique populaire.

Ji-mob will be touring around Europe in support of his new album Power To The People, out on Comet Records.
Ji-Mob sera en tournée en Europe pour soutenir la vente de son nouvel album, Power To The Peopl, disponible sur Comet Records.

2 Comments

Filed under 10 euros, Allonymous, Current Event / Actualité, Electro-Soul, Experimental, French Song / Variété Française, Funk, Jazz, Ji Mob, Karl the Voice, New Morning, Sandra Nkake, sexy French music

Par Avion: M (Mem Nahadr) @ L’Opus Café

show flyerWhat a pleasure it was to see madness performed so sanely by NYC performance artist M (Mem Nahadr) and her bevy of Paris soulsinging sisters: Sandra Nkaké, Lisa Spada and Rachel Claudio.* Despite the holiday weekend imposed by French labor day (May 1) a very sizable crowd turned out through word of mouth online on a relatively unknown singer in France. In the US, she has a cult following having accompanied Julie Andrews, Liza Minelli and Chaka Kahn to name a few. After this performance Mem is sure not to pass unnoticed in Paris for long.

Quel plaisir de voir la folie interprétée si sainement par une artiste spécialisée dans la performance, M (Mem Nahadr) et une troupe de ses consœurs chanteuses de la soul de Paris: Sandra Nkaké, Lisa Spada et Rachel Claudio.* Malgré le pont imposé par la fête du travail, un public assez nombreux a assisté au concert suite à bouche à l’oreille sur l’internet d’ une chanteuse méconnue en France. Aux États-Unis, elle est très suivie par un public averti à son œuvre ayant déjà accompagné Julie Andrews, Liza Minelli et Chaka Kahn pour en citer quelques uns. Après ce concert, Mem ne risquera plus de passer inaperçue longtemps à Paris.

Sandra MC’d the show which started with improvised scatting supported by a full band. Early on Mem and Sandra’s improvisational skills were in perfect harmony, holding the audience’s attention despite a few sound board glitches. Each singer sang solo on classic soul/jazz tropes of Love and desire with little effort. Mem sang two songs from here Contemporary opera Madwoman putting basic lyrics on acceptance and frustation of lost love, jobs and being in Paris surrounded by a stage full of talent. The two songs were enough to leave the audience hungry for more, but alas it was not to be after a 2.5 hour show.

Sandra a joué le rôle d’animatrice de la soirée où une improvisation de scat nous a été introduite par un groupe de musiciens complet. Dés le début l’harmonie des improvisations entre Mem et Sandra était sans faute qui a du fait oublier le public quelques pépins techniques. Chaque jeune femme a eu l’occasion de chanter en solo sur les thèmes bien familiers de la soul : l’amour et le désir et tout cela sans effort. Mem a interprété deux chansons de son opera contemporain Madwoman ou ses textes relèves des thèmes d’accueil et chagrins d’amour, d’ ennuis au travail et le fait tout simplement d’être à Paris entourée par des artistes talentueux .. Ces deux morceaux ont laissé le public avide d’en entendre plus, mais hélas après 2h 30 de concert, il a du rester sur sa faim jusqu’à la prochaine fois….Mem portrait

Mem has received a spattering of praise from respectable press who have jumped on her bandwagon. Her soul-bearing at six octaves illustrates she could be ready for venues to fully stage her Madwoman opera soon enough. Her avowed insanity was just the opposite, a fully sane moment of communication from the heart and soul of a striking blond dreaded talent ready to go global.

Mem will be performing May 16 in France followed by several show in the Netherlands and the east coast of the United States.

Mem a reçu des accolades de la presse assez respectables qui semblent aussi émue que son public par son talent. Sa voix à six octaves qui touche l’âme illustre qu’il lui faudra bientôt des salles plus grandes pour monter son opéra Madwoman. Malgré son autodéclaration de la folie,’elle nous à présenté tout juste l’inverse : une interprétation raisonnable musicalement pleine de partage entre son cœur et son ame avec une tête de dreadlocks blonds, un talent qui s’apprête de s’envoler à l’internationale.

Mem jouera un concert le 16 mai en France suivi par plusieurs shows aux Pays-Bas et la côte est des États-Unis.

*Gerald Toto, Ji-Mob, and Karl the Voice also briefly participated in the show. Vincent Theard performed throughout the show.

Gerald Toto, Ji-Mob, et Karl the Voice ont aussi brièvement participé au concert. Vincent Theard a aussi joué à ce concert.

4 Comments

Filed under 10 euros, Current Event / Actualité, Experimental, L'Opus Café, Lisa Spada, M (Mem Nahadar), Music / Musique, Music venues / Les salles de concert, Rachel Claudio, Sandra Nkake, sexy French music

PNSB: Télé en ligne/ Online TV

Sandra Nkaké in Paris

Beat Assaillant in Paris

Lisa Spada in Paris

Just Jack + Puppetmastaz @ Rock en Seine 2007

Ours in Paris

RIP Aimé Cesaire

2 Comments

Filed under Current Event / Actualité, French Song / Variété Française, Hip-Hop, Jazz, Music / Musique, Music venues / Les salles de concert, Ours le chanteur, Sandra Nkake, sexy French music

Tony Allen @ Bus Palladium

Ok, fine ya cornered me, so I’ll go there…
tonyallenuf8.png One of the most positive outcomes of Charlotte Gainsbourg’s second CD, “5:55”, was not its uber-trendy Air/Jarvis Cocker et al. production values. No, not all. For me, it was finally elevating drummer Tony Allen from afrobeat geek to hipster elite status with an album that was predestined to sell millions based on her pedigree alone. Since then, Fela Kuti’s legendary drummer seems to have a solid following among urban hipsters ready for life after hip-hop.

Bon, d’accord. Tu me cherches là, donc, j’y foncerai…
Un des meilleurs résulats du deuxième CD de Charlotte Gainsbourg n’était pas la mise-en-avant de sa production archi-chic signée Air/Jarvis Cocker et al. Non, de tout. Pour moi, c’était enfin l’élévation du batteur
Tony Allen du milieu des avertis à l’afrobeat au statut d’élite de la branchitude parisienne sur un album dont son success était prédestiné par une certaine bonne lignée. Depuis “5:55”, le maitre batteur de Fela Kuti semble attirer un bon public auprès des mélomanes urbains sur le qui vive d’une vie après la mort de hip-hop.

A few weeks ago, performing at a venue made famous by a Gainsbourg Sr. classic, Mr. Allen performed to an audience of understated scensters well past the de facto RATP curfew. Now by definition, the music inspires not only pensive reflection on politics and life and such, but also body syncopation rarely matched by today’s commercial music fillers. Luckily, DJ Aline from Radio Nova was on deck to assure a good level of industry credibility while chatting with an incognito Sandra Nkaké just off stage right.

Il y a quelques semaines, dans une salle rendue célébre par une chanson incontonurable de Gainsbourg (père), Mr. Allen a joué devant un public de branchés modérés bien au dela du couvrefeu de facto de la RATP. Par definition, on sait bien que sa musique inspire non-seulement une réflexion meditative sur la politique et la vie entre autres, mais aussi une syncopation corporelle rarement atteinte par les bouches-trou de l’industrie musicale d’aujourd’hui. Heuresement, DJ Aline de Radio Nova y était pour assurer encore de credibilité alors qu’elle papotait avec une Sandra Nkaké incognito au coté jardin de la scène.

While it goes without saying the pulsating beats captivated the crowd, Mr. Allen for some reason seemed sidelined on stage left as his very capable (but boring) musicians took center stage (???). While chatting with an aforementioned dynamic performer of the Paris’ scene, I couldn’t help but wonder when some sort of musical symbiosis (which seemed very obvious to me) might occur to rectify the poor staging of an otherwise good show.

Même si ça va de soi que ses rhythmes chaloupés ont bien captivés la foule, Mr. Allen semblait pourtant marginalisé au coté cour par ses bons (mais banals) musiciens au centre de la scène (???). En plein bavardage avec une interprète dynamique de la scène parisienne déjà susdénommée, je ne pouvais pas m’empecher d’ imaginer le jour où une eventuelle symbioise musicale (ce qui me paraissait comme une evidence) verrait le jour pour rectifier la pauvreté de la mise-en-scène d’un bon concert, malgré tout.

Leave a comment

Filed under 10-15 euros, Afro-beat, Aline (Radio Nova), Bus Palladium, Music venues / Les salles de concert, Sandra Nkake, Tony Allen

Sandra Nkaké @ New Morning

It’s funny Sandra, a fellow blogger, and I have been playing email tag for a couple of months now. Havinglibe_sandra.jpg seen her numerous guest appearances with Allonymous , and Frank Biyong, I was intrigued enough by her artistry to get to know more about her. Like my own mother, a clean-shaven Sandra chided me on my big hair, when we actually met for the first time at Lisa Spada’s Soulissime concert on June 9th at Canal Opus. What follows is a rhetorical piece that I feel best summarizes my thoughts on Sandra, and what I hope will be her long and fruitful career as an international entertainer.

C’est marrant, cela fait quelques mois que Sandra (aussi une bloggeuse) et moi s’échangeons des emails. Ayant vu ses nombreuses apparitions sur scène avec Allonymous et Frank Biyong, j’étais assez intriguée par son art que je voulais la mieux connaitre. Comme ma mère, Sandra, chauve, m’a grondée pour mes gros cheveux, lorsque nous nous avons pris rendez-vous pour la première fois au concert de Soulissime avec Lisa Spada le 9 juin à Canal Opus. Le texte qui suit est un exercise de style qui résume mes réflexions sur Sandra et ce que j’espère sera une longue carrière pleine de succès en tant que chanteuse/comédienne intérnationale.

Open Letter to Ms. Sandra Nkaké’s future record label
Lettre ouverte à la future maison de disque de Mme.
Sandra Nkaké.

Dear Sir or Madam:
Madame, Monsieur,

I am writing out of concern and respect for the fiercely sophisticated and talented unsigned singer/songwriter/actress, Ms. Sandra Nkaké (pronounced ENKAHKAY). A few months ago, I came across small animated.gifs promoting the Radio Nova hit single “Sex Friend” produced by respected Blue Note Records musician Booster, with Sandra as lead vocalist. While the song speaks volumes to the commonplace commitment shy tactics employed by many westernized young urban adults. The online promotion of the song compels me to question whether or not Paris’ new diva in the making is getting her fair shake.

Je me permets de vous écrire pour exprimer mon respect sur l’affaire de la talentuese et sophistiquée chanteuse/parolière/comédienne, Mme. Sandra Nkaké. Il y a quelques mois, j’ai remarqué des petits .gifs animés pour promouvoir le tube de Radio Nova, « Sex Friend » produit par le musicien respecté de Blue Note Records, Booster, avec Sandra comme la chanteuse principale. Alors que la chanson est un temoignage du comportament courant des jeunes occidentaux frilleux aux engagements amoureux, la promotion en ligne de cette chanson me force à poser la question : la nouvelle diva en herbe serait-elle justement representée pour son œuvre?

l_d733024d85602460b052d46a6639d32d.jpg

It’s no secret Sandra, French-Cameroonian, is distinguishing herself from other soul singers around the capital with her fearlessly sexy, and at times politically outspoken performances. She easily entices her audience with her wide-ranging vocal abilities, with the concert at New Morning last week being no exception. Sandra’s energy onstage was infectious, never limiting herself to singing exclusively in one language even in the same song. Her acting background was so transparent, with each movement perfectly articulated with the rhythmic and bass-heavy music of her backing band. Sandra continually challenges herself by collaborating with edgy, and even experimental musicians such as Ji Mob (the night’s first act), helping take her rich soul-funk sound to the next level.

Ce n’est pas un secret que Sandra, franco-camerounaise, se distingue des autres chanteurs de soul de la Capitale avec ses intérpretations à la fois couragueseument sexy et contestataires. Elle séduit facilement son public avec la richesse de sa voix, et son concert à New Morning n’était pas l’exception. Son dynamisme sur scène est contagieux, ne se limitant pas à chanter en une seule langue, dans la même chanson. Sa formation théâtrale est transparente, chaque geste étant parfaitement articulé au son de la musique bourée de bass et rythme de ses musiciens. Sandra se défit toujours en s’associant avec des collaborateurs tranchants et experimentaux, comme Ji Mob (le premier groupe sur scène ce soir-là), qui l’aident à élever sa musique soul-funk à un autre registre.

boosterv2.jpgNow with all of these elements working overwhelmingly in her favor, my question is: Why was the “Sex Friend” single promoted with a white woman’s face, despite the fact that Sandra is to put it mildly, statuesque? Having developed new media marketing campaigns for major-label artists, I think using Sandra’s image could have inspired more sophisticated and original marketing come-ons, than those of the clichéd airbrushed whiteface actually used.

Or, avec tous ces éléments qui marchent largement en sa faveur, je pose la question suivante : « Pourquoi le morceau « Sex Friend » a-t-il été promu avec le visage d’une femme blanche, alors que Sandra est loin d’être légèrment moche ? » Ayant developpé des campagnes de marketing en ligne pour des artistes signés aux grandes maisons de disques, je pense que l’image de Sandra aurait pu inspirer des avances de marketing plus sophistiquées et originales, que celles du cliché de ce visage blanc retouché.

Although Sandra is in a committed relationship and a mother of two, the song could have been used to spark any number of discussions with folks worldwide on any number of issues related to health and sexuality. Without perpetuating the myth of the oversexed black temptress, the song could have easily been used as a safe-sex anthem to promote responsibility and safe sex in Africa, for example, where sexual empowerment among women of color remains an anamoly. Just an idea…

Même si Sandra est en couple avec deux enfants, la chanson aurait pu susciter un débat mondial sur pleins de sujets liés à la santé publique et la sexualité. Sans pérpetuer le mythe de la tentatrice nymphomane noire, la chanson pourrait être utitlisée comme le générique d’une campagne pour sensibliser un public africain, par exemple sur les rapports sexuels protegés, où l’autonomisation feminine encore très tabou. Juste une idée…

When I asked Sandra about the image, she mentioned it had happened so quickly, that it was already beyond her. For me, however, it conjured up notorious incidents in popular American musical history of Martha Wash’s face being censored for her being overweight; or worse still, Elvis Presley’s chart topping success with “Hound Dog”, originally penned by the blues-woman Big Mama Thornton, who died in obscurity.

Lorsque j’ai questionné Sandra sur cette image, elle m’a confiée que cela s’etait tellement vite passé, ça l’avait dépassé. Pour moi, cependant, cette image m’a evoqué la triste notorieté dans l’histoire musicale américaine de l’image de Martha Wash censurée pour son obèsité. Ou encore pire, le succès d’Elvis Presley avec «Hound Dog », composé à l’origine par la blues-woman, Big Mama Thornton, qui a disparu en obscurité.

With my eyebrow half-cocked, I hope that Sandra’s future label- as she is still a free agent-doesn’t shy away from marketing her in all of her glory. I implore them to not just capitalize on adolescent sex appeal that made Britney Spears a pop idol, or pigeon hole her into the respectable irrelevance of Des’ree. Sandra is a multi-faceted performer who deserves to be marketed internationally as a sexually empowered woman with elegance, intelligence and vocal chops to match, who just happens to be black.

Avec un œil de loucheur, j’espère que la future maison de disque de Sandra, comme elle est pour le moment, non signée, n’aurait pas peur de la commercialiser dans toute sa gloire. Je les implorerai de ne pas juste exploiter l’attrait adolescent qui a vu la montée fulgurante de Britney Spears, ou pire encore la caser vers l’absence respectable de Des’ree. Sandra est une interprète qui merite d’être promue à l’échelle internationale non seulement en tant que femme autonomisée, élégante, et intelligente, mais aussi en tant que chanteuse hors norme qui est juste comme par hasard noire.

Sincerely,
Veuillez agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués.

Alva,
Editor-in-Chief/Translator, Parisnoiresurblanc.com
Executive Producer, Head of Production + Communication, Excuse My French
Rédactrice en chef/ traductrice, Parisnoiresurblanc.com
Productrice exécutive, Responsable Production + Communication, Excuse My French

Avis aux concernés: Une interview avec Sandra sur TV5 est aussi à votre disposition en cliquant ce lien ci.

2 Comments

Filed under 10 euros, Allonymous, Cheap drinks/ Cocktails pas chers, Franck Biyong & Massak, French Song / Variété Française, Lisa Spada, New Morning, Sandra Nkake, sexy French music, Third Shot