Category Archives: Spleen

Par Avion: Tingsek @ Paris!

Vodpod videos no longer available.

A peine à Paris une semaine, et le chanteur de soul acoustique suédois, Magnus Tingsek a déjà fait la nouvelle boîte parisienne la plus branchée, Scopitone avec Spleen, l’enfant terrible de la scène rap/rock/soul française. Les deux joueront Nouveau Casino à Paris vendredi, le 22 janvier. Tellement jalouse de ses dernières équipées, je pourrais crier, mais cela ne m’a pas empêché de lui poser quelques questions avant son prochain concert.

Un mélange équilibré de Jamie Lidell et Jack Johnson, Tingsek connaît bien l’industrie musicale à pleine vitesse. Musicien depuis l’âge de 16 ans, Tingsek a déjà été en tournée avec Willie Nelson (sans blague!) et a été sélectionnée pour la version Suédoise de Grammies (les Victoires américaines) cette année. En 2007, en plus, le magazine Elle (Suède) l’a nommé le Suédois le plus sexy. Aujourd’hui à la trentaine, le beau gosse, aux airs d’un surfeur-mannequin de Malmo, Suède, vient de sortir son quatrième album, Restless Soul, avec l’extrait (que j’aaaddddddddooooorrre!) “Six Years” chanté avec la suédoise Pauline (qui d’ailleurs représentera la Suède à Eurovision cette année.)

PNSB: Vous venez juste d’arriver à Paris. Quel est le premier endroit que vous avez visité? Tingsek: Dès mon arrivée, Spleen m’a emmené au concert de Paperboy à Scopitone.

PNSB: Donc, Vous jouez au Nouveau Casino la semaine prochaine avec l’artiste français, Spleen. Aimez-vous sa music? Allez-vous collaborer avec lui sur de projets dans l’avenir? (ça serait top!!!)
Tingsek: Je suis totalement fan de sa musique. Je pense qu’il est super!!!. Nous travaillons déjà sur des chansons ensemble. Nous continuerons à le faire pendant une semaine et peut-être inviteront d’autres gens dans le processus.

PNSB: J’ai entendu que Gerald Toto et Sandra Nkake sont de grosses fans de vous. Avec quels autres artistes français ou francophones aimeriez-vous travailler?
Tingsek: C’est génial d’entendre ça. Je ne le savais pas et malheureusement je ne connais pas beaucoup d’artistes français mais ça aller changer puisque j’ai trouvé un bon ami et collaborateur en Spleen. Cela ne sera pas mon dernier séjour à Paris où je ferai de la musique, c’est sûr!

PNSB: Vous enregistrez de la musique depuis longtemps. Restless Soul, c’est votre quatrième album (LP), Comment avez-vous commencé à chanter de la soul alternative en Suède? Les gens, Sont-ils étonnés de vous voir chanter avec votre voix si pleine de la soul?
Tingsek: J’enregistre des disques depuis l’âge de 16 ans, et il y avait donc pleins de sons qui sortaient. Je pense que la vibe soul y était toujours mais à evoluer pour chaque album. Parfois les gens sont étonnés, mais après m’avoir écouté pendant un petit moment, Je pense et espère qu’ils le vont comme une évidence parce que je mets chaque cellule de mon corps à travailler lorsque je chante.

PNSB: Parlez-nous de Slakah the Beatchild, qui est-il et comment avez-vous collaboré pendant votre d’enregistrement de Restless Soul?
Tingsek: Slakah est un artiste/parolier/producteur génial de Toronto qui m’a trouvé à travers Myspace. Apres quelques mails, J’ai décidé de lui envoyer une chanson que j’avais enregistrée. Je lui ai demandé d’enregistrer un vers et voir s’il avait d’autres idées. La chanson était “Leave it all behind” de mon dernier disque et il l’avait parfaitement arrondie. J’ai instamment trouvé en lui quelqu’un avec qui je pourrais travailler. Donc, je l’ai invité en Suède et le flow était trop fort.

PNSB: Avez-vous été  déjà en tournée aux EUA?  En avez-vous des projets de le faire?
Tingsek: Pour l’instant, je n’ai que joué quelques concerts acoustiques, mais Espèrons que mon album sortira “pour du vrai” là-bas et puis nous monterons une vraie tournée. C’est bien sur ce que je souhaiterais qu’il se passe en France, d’ailleurs.

Achetez vos places pour vendredi le 22 janvier au Nouveau Casino, ici!

Swedish acoustic soul singer, Magnus Tingsek has been in Paris less than a week and has already scoped out Paris’ hottest new night club, Scopitone with Spleen, the “enfant terrible” of the French rap/rock/soul scène.  Both will be playing Nouveau Casino in Paris on Friday, January 22. Needless to say, I am so jealous of his adventures I could scream, but that didn’t stop me from asking him a few questions in advance of his upcoming show.

A balanced mix of Jamie Lidell and Jack Johnson, Tingsek is no stranger to life in the fast-paced music scene. Recording since age 16, Tingsek has already toured the US with Willie Nelson (seriously!) and has been nominated for the Swedish version of the Grammies. In 2007, Swedish Elle even named him the country’s sexiest man. The now thirty-something musician with surfer-model good looks from Malmo, Sweden just released his fourth full-legnth album, Restless Soul, featuring the single  (I love, love, love!) “Six Years” sung with fellow Swedish singer, Pauline (who, by the way, will be representing Sweden at this year’s Eurovision competition).

PNSB: You’ve just arrived in Paris, where is the first place you visited?
Tingsek: The second I came here Spleen took me to a concert with Paperboy at Scopitone.

PNSB: So you’re playing Nouveau Casino next week with French artist Spleen, Are you a fan of his music? Any plans to collaborate together on future projects? (That would be amazing!!!)
Tingsek: I am definately a fan of his music. I think he is amazing!! We’re already working on songs together. We’ll keep on doing that for a week and might even include some more people in the process.

PNSB: I hear French artists like Gerald Toto and Sandra Nkake are big fans of yours. Are there any other French or French speaking artists you like and would like to collaborate with?
Tingsek: That’s great to hear. I didn’t know that and unfortunately I don’t know much about French artists yet but that will definitely change since I found a good friend and collaborator in Spleen. This is not the last time I’ll be in Paris making music, that’s for sure.

PNSB: You’ve been recording for a long time. Restless Soul is your fourth  full-legnth album, how did you get your start in Sweden singing alternative soul music? Are people often surprised to see you sing when you have such a soulful voice?
Tingsek:
I’ve been recording music since I was 16 yrs old so there’s been alot of different sounds coming out. I think the soul vibe has always been there but has grown stronger for every album. Some times people are surprised but after hearing me for a little while I think and hope that people see it as obvious because I put every single cell in my body to work when I sing.

PNSB: Tell us about Slakah the Beatchild, who is he and how did your collaboration grow during the course of the recording  of Restless Soul?
Tingsek: Slakah is a great Artist/songwriter/Producer from Toronto that found me through myspace. After some time of mail correspondence I decided to send Slakah a song I recorded and asked him to record a verse and see if he had any other ideas.. The song was “Leave it all behind” from my latest album and he finished it off perfectly. I instantly found someone I really felt I could work with so I invited him over to Sweden and the flow was total.

PNSB: Have you toured the US yet? Any plans to do so?
Tingsek: So far I have only been there playing acoustic but hopefully I’ll get my new album out there for real so I can go on a real tour. This is of course also my plans for France.

Buy tickets for Tingsek’s (with Spleen) January 22nd show at  Nouveau Casino, here!

Photo Tingsek: by Crelle

more about “Tingsek @ Paris!“, posted with vodpod

3 Comments

Filed under Acoustic soul, Current Event / Actualité, L'Olympia, Magnus Tingsek, Nouveau Casino, Spleen

Video : Spleen – Tu L’aimeras


Peut-être c’est parce que à Gwangju, Corée du Sud (où j’habite actuellement), il y a un manque des francophones ce qui m’a récemment inspiré à écouter le chanteur folk/hip-hop Spleen en boucle. Spleen, un protégé de Coco Rosie et enfant terrible de la scène parisienne déchire avec la richesse de ses paroles et sa musicalité. Voici son clip, « Tu l’aimeras » de son dernier disque, Comme un enfant. Bonne écoute !

Maybe because in Gwangju, South Korea (where I now live), there is a dearth of francophones that has inspired me to listen non-stop to folk/hip-hopper Spleen as of late. Spleen a protege of Coco Rosie and bad boy of the Paris scene tears it up with the richness of his lyrics and musicality . Here is his video, « Tu l’aimeras  (You Will Love Him)» from his latest disk, Comme un enfant. Enjoy!

2 Comments

Filed under Current Event / Actualité, Funk, Hip-Hop, Spleen

Tsinda @ Le Vieux Léon

Last Friday, I attended Tsinda Dia Massengo’s show at the charming bistrot near Les Halles. Having collaborated with some of my favorite musicians around Paris (DJ Julien Lebrun, Ours and DjeuhDjoah) in the past, I was sure his live performance would be worthwhile.

Vendredi dernier, j’ai assisté au concert de Tsinda Dia Massengo
dans un bistrot charmant près des Halles. Comme il avait collaboré avec quelques-uns de mes musiciens préférés de Paris (DJ Julien Lebrun et DjeuhDjoah) dans le passé, j’étais sure que son show live en vaudrait la peine.

Although the audience seemed to take its time arriving, Tsinda seemed to take it in stride with his quick witted quips to the audience about the show and music. The three piece band made up of an electric guitarist, a saxophonist and Tsinda playing an acoustic guitar and percussion showed potential to be a strong Folk acoustic band with tender lyrics inspired most often by the opposite sex. Pretty girls seemed to be his a very apparent weakness as he improvised several instances of flirting into the show. This almost detracted from an otherwise loose jam session style performance, and yet could have gone much further performance-wise on the same themes.

Bien que le public semblait prendre son temps à arriver, Tsinda a bien prouvé son sens de l’humour en faisant des mots d’esprit inspirés par le concert et sa musique. Son trio comprend un guitariste électrique, et un saxophoniste alto ténor ainsi que lui sur la guitare et les percussions. Dans l’ensemble leur potentiel était prometteur, tout en s’inspirant souvent d’ histoires d’amour et notamment de femmes. Trop draguer les jolies filles était presque le seul défaut de ses improvisations au cours du concert au style jam-session décontracté.

Tsinda will be recording an idependently produced album in time for the fall when he’ll have more shows and a bigger band. Doing so will most likely help tighten up the loose edges of Friday night’s show and help elevate Tsinda’s musical profile on the Afropean folk acoustic sphere now made popular by Spleen and Tété.

Tsinda s’apprête à enregistrer son propre album indépendent pour la rentrée et compte jouer plus souvent avec d’avantage de musiciens. Ce qui , à mon avis, l’ aiderait à peaufiner les éléments encore trop crus de son show de vendredi, et a le placer musicalement à la hauteur de la scène Afropéene folk acoustique tels que les chefs de files Spleen et Tété.

1 Comment

Filed under Cheap drinks/ Cocktails pas chers, DJ Julien Lebrun, Djeuhdjoah, Folk-Acoustic / Folk-Acoustique, French Song / Variété Française, Le Vieux Léon, Music / Musique, Music venues / Les salles de concert, Ours le chanteur, sexy French music, Spleen, Tsinda

Oxmo Puccino & the Jazz Bastards @ Salle D. Ferry (Nanterre)

943346790_l.jpgWhile they say France is the second largest consumer of rap music after the US, it does not necessarily follow that French hip-hop and rap deserves as wide an audience. Since my return to France in 2004, most hip-hop/rap that I have come accross here shamelessly apes the WORST of American street culture to the point where I can’t take it seriously. Most French rappers toil way too long in the hip-hop tropes of a lazy man (i.e. bling-bling, partying, misogyny, and thugging), without even playing their strongest card, a cartesian education and a direct link to sub-saharan Africa and the Arab World. While all the elements are there : black-blanc-beur disenfranchised youth ; a beautiful, complex, (& musically underrated) Western language ; a rich French musical heritage SCREAMING to be sampled ; and a dizzying array of cultures that could EASILY upstage American white-black-latino-eastcoast-westcoast sensibilities. Only once these elements have been throroughly explored, I believe French rap may then have serious potential to ressurect the entire genre worldwide.

À ce qu’il parait, la France serait le 2e marché de la musique rap après les USA ce qui ne veut pas dire que le rap français mérite un aussi grand public. Depuis mon retour en 2004, la plupart du rap/hip-hop que je croise singe sans la moindre honte le PIRE de la culture urbaine états-unienne à un tel point que j’ai du mal à l’accepter telle quelle. Trop de rappeurs français travaillent trop dur dans les figures de style des fainéants (ex. le bling-bling, la fête, la misogynie, et le hooliganisme), sans jouer leurs cartes les plus fortes (une éducation cartésienne + des liens plus directs avec l’Afrique noire et le monde arabe). Pourtant tous les éléments y sont : des jeunes black-blanc-beur privés de leurs droits civiques ; une langue occidentale à la fois belle et complexe (et surestimée musicalement) ; une riche héritage de la chanson française qui CRIE pour être samplée ; et un étalage de cultures stupéfiant qui pourrait BOULVERSER les traditions typiquement américaines inspirées des sensibilités blanc-noir-latino-Californie-New Yorkaises. Une fois que tous ces éléments seront raffinés, j’estime que le rap français aurait le potentiel de ranimer le genre dans le monde.


My recent trip out to the college-town banlieu of Nanterre, was encouraging and well worth the RER (like Metro North or the LIRR in NYC) ride a few weeks ago, when I got a chance to see rapper Oxmo Puccino and the Jazz Bastards at a small concert venue with my friend G. Malian-born, Oxmo is among a handful of French rappers I can tolerate because he not only raps with a respect for the French language (influences include Belgian singer, and mom’s fave, Jacques Brel and French crooner Charles Aznavour), but he also performs with a capable live jazz band (the Jazz Bastards) on his latest album, Lippoppette Bar. The album tells the the stories of the host of shady characters that Oxmo, as bouncer “Black Popeye”, encounters at a local Parisian bar. Yeah, I know the rapper with jazz band model is nothing new. Like The Roots, the live band adds musical credibility to Oxmo’s unanimously respected gruff n’ tuff vocal delivery.

Mon trajet récent vers la banlieue universitaire de Nanterre, m’a un peu encouragée. Le billet de RER en valait la peine pour aller voir le concert du rappeur Oxmo Puccino and the Jazz Bastards dans une petite salle de concert avec mon pote, G. Né au Mali, Oxmo est un minorité des rappeurs français que je peux supporter parce qu’il respecte, la langue française et joue ses concerts avec un bon petit groupe de jazz (the Jazz Bastards) sur son dernier disque Lippopette Bar. Oxmo joue le rôle d’un videur «Black Popeye» dans un bar parisien et raconte les histoires de ses habitués. Oué, je sais la formule groupe de jazz+ rappeur, a déjà été vu. Cependant, comme les Roots, le jazz-band donne Oxmo une certaine crédibilité à son style bourru et dur à cuire très respecté à la fois par les critiques et son public.

In all fairness, I have similar criticisms of American rap that is crashing and burning as I write. In both countries, artists are often less to blame for the genre’s shortcomings than the industry that binds them. So when many of my US friends ask, «What’s the Paris hip-hop scene like ? » I generally roll my eyes with a sigh and just pray for its speedy recovery. That said, I am open to suggestions and even have a few folks on my radar : slightly subversive, La Rumeur, international hipsters, La Caution, folk hip-hopper/multi-tasker, Spleen, and the funky phrasings of Saian Supa Crew. To be continued…

En toute justesse, j’ai les mêmes critiques du rap américain qui en ce moment s’écrase mortellement. Dans les deux pays, l’industrie musicale est plus reprochable pour la chute du genre plutôt que les artistes eux-mêmes. Lorsque mes amis américains me demandent, «Comment trouves-tu la scène hip-hop à Paris?» Généralement, je roule les yeux avec un soupir et lui souhaite un prompt rétablissement. Cela dit, je reste ouvert à vos suggestions et tiens à vous en citer quelques-uns captés sur mon écran de radar : La Rumeur, pour leurs tendances subversives ;La Caution, des rappeurs un peu branchés malgré eux ; le chanteur polyvalent de folk/hip-hop, Spleen ; et la funky-ttude de Saian Supa Crew. À suivre…

8 Comments

Filed under 10 euros, Black Paris / Paris Noir, Cheap drinks/ Cocktails pas chers, French Song / Variété Française, Hip-Hop, Jazz, La Caution, La Rumeur, Music / Musique, Oxmo Puccino & The Jazz Bastards, Rap, Saian Supa Crew, sexy French music, Spleen